Le Seigneur des Anneaux RPG : L'Âge des Héros

    Quête d'Argent: En marche Dùnedains !

    Partagez
    avatar
    Aragorn Tal Elessar

    Masculin Date de naissance : 16/07/1997
    Date d'inscription : 26/09/2014
    Age : 20
    Messages : 207
    Localisation : Bretagne

    Feuille de personnage
    Pièces: 0 PO
    Équipement:
    Armée recrutée:

    Quête d'Argent: En marche Dùnedains !

    Message par Aragorn Tal Elessar le Ven 31 Oct - 0:22

    Aragorn dormait profondément cette nuit là et il était plongé dans ses rêves. Il faisait depuis quelques temps toujours la même, chaque nuits le même rêves. Il se voyait à Imladris dans les jardins à genoux devant la tombe de sa mère, le visage grave et triste sans pour autant pleurer et déposant un bouquet de fleurs sauvages. Il était vêtu de vêtements elfiques. Une tunique de soie brodées bleues, un diadème reposant sur son front et tenant ses cheveux lavés et brossés en arrière et de hautes bottes en cuir. La seule chose qui pouvait le différencier d'un elfe était ses oreilles. Des oreilles plates bien que très légèrement pointues de part son sang elfique. L'automne était présent depuis un moment à Imladris puisqu'un tapis de feuilles rouges s'était étalé sur le cimetière. Aragorn se releva puis retira soigneusement la mousse qui était présente sur la statue de sa mère. Elle avait tant donner pour lui après la mort de son père. Il l'aimait profondément. C'était sa mère. Aragorn marcha ensuite lentement dans les jardins d'Imladris perdu dans ses pensées. Il alla s'asseoir sur un banc le long de la rive de la cascade et contemplait le paysage. Il se retourna brusquement en perçevant des pas qui venaient derrière lui. Il se retourna et resta bouche bée. Lùthien elle meme arrivait vers lui. Aragorn se releva et fit une révérence:

    "Maë Govannen, votre venue est comme l'étoile du soir éclaircicant un ciel d'été, Lùthien elle m'aime n'eut pas été plus belle que vous ne l'êtes, je me nomme Aragorn fils d'Arathor"
    La jeune femme ria à ses propos et prit sa main dans la sienne. Elle portait une longue robe verte cachant ses chaussures et un pendentif brillant se reposait sur sa poitrine telle une goutte d'eau. Il la regarda dans ses yeux, son sourire l'illuminait aussi clairement que la soleil pouvait le faire. Et ses yeux étaient tout simplement indescriptibles. Il étaient bleus, verts, marrons toutes les couleurs à la fois et ils étaient tellement profond qu'Aragorn s'y perdait chaque fois qu'il la regardait. Il frissona quand elle prit sa main et elle sembla regarder Barahir détaillant la bague qui avait ornée tant de mains durant tant de temps. Après tout comment avait elle pu arriver jusqu'à lui? Fils d'une lignée oubliée, descendant d'une île traîtresse des Valars et désormais submergée. Il était fier et avait tout de même un peu honte de ses origines. Mais il n'était pas Numénoréen, il était Dùnedains du Nord et il ne devait pas en avoir honte. La jeune femme se trouvant devant lui lui répondit enfin.

    "Je sais qui vous êtes Aragorn, fils d'Arathor, je suis Arwen, fille d'Elrond"

    Ainsi donc Elrond avait eu une fille, il ne l'avait jamais su, il était certes très ami avec Elrohir et Elladan, les deux fils d'Elrond mais le fait qu'Elrond ai pu avoir d'autres enfants ne lui avait jamais traverser l'esprit. Il détailla encore plus la beautée qui se trouvait devant lui. Elle lui semblait tellement iréelle, tellement magique, c'était vraiment comme si Lùthien était revenue d'entre les morts. Elle était si magnifique. Il sentait son coeur battre de plus en plus fort, de plus en plus vite au contact de cette femme, cette femme qu'il aimait. Il le savait, c'était une chose sûre, écrite, comme si les Valars eux mêmes l'avaient écrites au commencement, comme si Erù lui même en avait décidé dans son infinie sagesse comme si dans les temps anciens la naissance de ces deux êtres allaient définir la victoire contre l'Ennemi.
    "Arwen je vous aime"

    Les seuls mots qu'Aragorn avait prononcés peut être qu'elle le prendrait pour un fou, un ignard sorti d'on ne sait où, un roi en haillons ou un voyageur perdu, bléssés dans son esprit par les épreuves qu'il avait du subir. Mais elle ne répondit que par un bref "moi aussi". Aragorn souria franchement et approcha doucement son visage de celui d'Arwen. Il toucha son front avec le sien et l'embrassa amoureusement, un baiser long et appuyé, calme et discret. Il se recula doucement et prit ses deux mains dans la sienne. Ils se regardèrent longtemps dans les yeux .

    Aragorn se réveilla soudain en sueur. Il était à Annùminas dans le palais royal. Il repoussa les draps qui ornaient son grand lit à baldaquin et sortir sur le balcon admirant la ville prospère et resplandissante qu'était redevenu Annùminas. il était fier de voir cette cité restaurée comme avant. Il en avait vraiment le coeur rempli de joie et d'allégresse. Mais cette fois il devrait partir d'Annùminas descendre vers Bree et Amon Sùl et donc Amon Rochben la nouvelle place forte Arnorienne. De la ils pouvaient avoir une vue dégagée de la totalité de la région. Et avec les fortifications que son ami Nùmenil y avaient installé elle était devenue très difficilement prenable. Les hommes la surnommaient déja la Gardienne de l'Ouest. Il fallait vraiment qu'il voit cette cité de ses propres yeux. Elle devait être resplandissante, Gil Galad lui même dernier Haut Roi des Elfes y avaient vu l'avancées des armées. Il était fier de marcher sur ses traces. Le Roi Elessar repassa dans ses quartiers et croqua dans une pomme. Ces pommes venaient de la Comté, le commerce avec les Hobbits était florissant et il n'y avait pas meilleur agriculteur qu'eux dans toute la Terre du Milieu. Elle était sucrée comme il fallait. Aragorn avait toujours été étonnée par l'admirable science de l'agriculture que possédait les Hobbits. Ils n'étaient pas belliqueux, partageurs, paisibles, jamais il n'y avait eu de guerre entre eux et d'autres contrées à part si ils devaient se défendre. En cela Aragorn les admirait, ils avaient compris que la guerre n'était pas la seule préocupations. Les hommes avaient eux une attirance naturelle pour la guerre. Chose qu'il ne comprenait pas d'ailleurs. Aragorn lui préferait un commerce florissant des cités prospères et heureuses plutôt qu'un pays ravagé à feu et à sang.

    Il revétit son armure royale. Elle était composée de hautes bottes d'acier et d'un pentalon d'acier également. La cuirasse était finement sculptée représentant les armoiries de l'Arnor et du Gondor. Une cape bleu marine flottai derrière lui et arrivait juste au dessus de ses chevilles. Des fins gantelets d'armes ornaient ses mains et il s'était abstenu de revétir une cotte de maille. Il ne mit pas non plus de casque optant pour sa couronne. Toutefois il prit son casque avec lui, il le mettrait dans les sacoches de son cheval afin que sur la route on ne le reconnaisse pas. Il passa alors les doubles portes de sa chambre et salua de façon militaire les gardes qui y montaient la garde en permanence. Toutefois ils pourraient se reposer étant donner qu'Aragorn partait pour un petit moment. Il sortit donc du palais en lançant une boutade à un ami à qui il confiait la cité en son absence. Il passa aux écuries et prit son cheval qu'il sella lui même. Même si il était roi Aragorn tenait encore à faire lui même ses gestes qu'il avait fait durant 70 ans. Il monta donc sur son cheval et se mit au pas vers la sortie du palais d'Annùminas. Déja la foule s'était massée sur les abords de la voie principale de la ville et la garde de la ville était obligée de tenir les rangs de part et d'autres de la route. Les femmes lançaient des fleurs sur les pas du cheval d'Aragorn qui était suivi de pas moins de 300 cavaliers qui devaient arriver en renfort à Amon Rochben. Aragorn souriait saluait de la main et attrapa même les cadeaux qu'on lui lançait. Deux longues files de soldats armés de piques et d'armure scintillantes marchaient au pas en silence dans la rue d'Annùminas seul le bruit des sabots et le cris de la foule brisait ce silence. Au fur et à mesure qu'Aragorn passait les soldats faisant la garde se mettaient au garde à vous provoquant un bruit métallique régulier. Les grandes portes d'Annùminas s'ouvrirent devant lui sous la musique des tambours militaires. L'armée sortit de la ville accompagnée de chariots de ravitaillement et de marchands qui profitaient de l'armée comme escorte.

    Aragorn avait entrepris de refaire des routes et les soldats marchèrent sur des routes pavées impecable mais qui malheureusement s'arrétaient bien vite puisque deux heures après leur départ les chemins de terre revinrent sous les sabots des chevaux. Il repensait à ses terres qui étaient encore dangereuses il y a peu, abandonnées par les fermiers, des pillards s'étaient installés dans les ruines d'Annùminas mais avaient été eliminés rapidement par les Dùnedains. Annùminas étaient pour eux un endroit sacré, les restes du glorieux Royaume d'Annùminas. Tandis qu'Aragorn était plongé dans ses pensées la ville de Bree était apparue devant eux. Le style mi humain mi hobbit. Une haie comme rempart c'était original, pas vraiment efficace puisqu'une torche suffisait à réduire en charpie ce rempart. Mais un fossé avait tout de même été creusé tout autour garantissant tout de même une certaine sécurité contre les pillards. Aragorn était vraiment charmé par Bree, il aimait vraiment le calme qui y régnait en permanence loin de tout les conflits de l'est, loin de Sauron et des Nazgûls et loins des pirates d'Umbar. Ils avaient choisi la bonne solution en s'éloignant de toutes les préocupations du monde. Aragorn parvenait presque à aperçevoire les monts venteux depuis Bree. Il avait du traverser tout l'Evendim mais était satisfait de ce qu'il voyait. Tout les agriculteurs qu'il avait croisés semblaient heureux et le saluait amicalement et avec respect. Les gardes de Bree, enfin les Frontaliers ouvrirent en grand les portes de Bree pour le second défilé militaire en peu de temps dans la bonne humeur générale. Il passa en premier et salua de la main les Hobbit qui s'était massés sur le bord de la route. Aragorn n'y était jamais allé en hiver mais ce pays était magnifique en hiver. Les toits des maisons étaient recouverts d'une épaisse pellicule de neige et la fontaine centrale de Bree se figeait dans une sculputre innovante et splendide. D'ailleurs le froid revenait doucement sur l'Arnor et Aragorn avait mis des gants doublés de fourure. Il était assez frileux en vérité et n'aimait pas du tout le froid. Des hommes étaient venus d'Amon Rochben à sa rencontre. Ils devaient les escorter jusqu'à la bas. Mais Aragorn fut plus que surpris lorsqu'un homme lui confia qu'ils avaient trouvés des armures elfiques de superbe qualité et du mithril pur. Comment et surtout pourquoi du mithril avait pu être caché dans Amon Sùl, cela avait pu être une cache des Elfes durant la Première Grande Guerre mais il ne voyait pas comment ces joyaux avaient pu rester la durant tout ce temps. C'était une très bonne nouvelle cela permettait de remplir les finances de l'Arnor et donc de payer l'entraînement et l'équipement de nouvelles troupes. C'était formidable et mettait Aragorn de très bonne humeur. Les troupes coutâient horriblement cher, il fallait les payer, payer leur équipement, les fournitures ainsi que les vivres pour les hommes et pour les montures en plus de payer les artisans pour entretenir l'armée. Les gens ne se rendaient pas compte comme ça mais une guerre était en fait un véritable gouffre financier. Ils ne pouvaient pas se permettre de parader avec le Mithril alors qu'ils pouvaient le revendre pour acquir une force armée supérieur a bien nombre de royaume, à défendre efficacement les frontière Arnoriennes et repousser l'ennemi loin de l'Angmar. Aragorn envisageait désormais l'avenir de l'Arnor avec espoir. Toutefois un de ses capitaines arriva à sa hauteur et lui murmura a l'oreille.
    "Votre majesté, un imposteur se déclara Roi légitime du Cardolan"
    Aragorn n'en revenait pas les soucis arrivait il répondit à son capitaine.

    "Sonnez la marche et envoyez un message à Nùmenil lui disant de préparer ses troupes nous allons vers Tharbard"

    L'emissaire inclina la tête et se retira faisant sonner la marche. Les cavaliers sortirent rapidement de Bree sans s'arreter et s'excusant auprès du maire qui les attendait. Ils galopèrent vers Amon Rochben. Le ciel était bleu ce jour la. Il allait surtout a Tharbard pour le rappeller à l'ordre et imposer une annexion militaire de Tharbard, il ne voulait pas d'une bataille de toute façon il n'était pas équipé pour son armée était composée de cavalier. Bien que les Dùnedains pouvaient se battre a pieds et polyvalent les troupes n'étaient pas suffisante. Aragorn soupira et mis son cheval au galop en arrivant au pied d'Amon Rochben.


    _________________________________________________________

    Sauronne forever <3
    Grand Prêtre du Culte de Sauronne

    Ambassadeur officiel de la Middle Earth


      La date/heure actuelle est Mer 20 Sep - 9:23