Le Seigneur des Anneaux RPG : L'Âge des Héros

    [Quête d'Argent n°1] Des Hommes de Rhùn dans la désolation de Smaug

    Partagez
    avatar
    Brand de Dale

    Date d'inscription : 28/09/2014
    Messages : 71

    Feuille de personnage
    Pièces: 4300 PO
    Équipement:
    Armée recrutée:

    [Quête d'Argent n°1] Des Hommes de Rhùn dans la désolation de Smaug

    Message par Brand de Dale le Jeu 30 Oct - 18:00

    Conseil de Guerre

    Je m'appelle Brand, Roi des Bardides. Mon peuple a connu , jusqu'à il y a environ cinquante ans, la peur du dragon. En effet, Smaug le Terrible, en conquérant l'Erebor il y a bien longtemps, a détruit le cœur battant de mon royaume. Dale était alors une ville florissante aux portes du dernier grand royaume des nains. Idéalement placé, la cité voyait passé, chaque mois, des dizaines de convois des nains de Thror, Roi sous la Montagne. De nombreux nains vivaient aussi dans la cité et tenaient nombre de nos forge, nombre de nos fabriquent de jouets. C'était l'apogée de Dale avant la terrible chute. Hors, suite à la mort du dragon, tué par mon grand-père Barde, il y eu grande bataille dans la vallée principale de l'Erebor. Elfes, Nains et Hommes se battant sous la même bannière, du jamais vu depuis bien longtemps. Certes, les circonstances on facilité cela, et si la bataille fut gagné dans la douleur, elle rapprocha nettement nos trois peuples et Dale, avec l'aide des nains, fut rebattit. Même au temps de mon ancêtre, Dale ne fut jamais aussi puissante. Esgaroth se rallia au royaume de mon grand-père et les maîtres successifs de la cité sur le Long-Lac furent de fidèles conseillers et amis.

    Mais revenons donc au présent, durant un conseil de guerre :

    GRAMLI (Capitaine des Patrouilles de l'Est) – Majesté, j'ai de mauvaises nouvelles à vous annoncer. Une importante bandes de mercenaires a été vue à une vingtaine de lieues de la cité.

    ALOÏN (Capitaine de la Garde Naine) –
    Et bien qu'ils y viennent ! Par ma barbe, nous les écraseront !

    BRAND (Roi de Dale) – Du calme Aloïn, car c'est effectivement une mauvaise nouvelle. Gramli, pouvez-vous m'en dire plus ? De quel genre d'Hommes est-ce là ? Ont-ils une bannière ?

    GRAMLI – Majesté, je dirais qu'il s'agit là d'Hommes de Rhùn, mais je n'en suis pas certain. Ce que mes patrouilles ont remarqué, cependant, c'est qu'ils ne parlent pas dans la langue commune et que leur bannière est une boule feu.

    Une boule de feu... Cela me remettait en mémoire la visite d'il y a quelque temps d'un messager hideux portant message pour moi et posant des questions sur le légendaire Bilbo Baggins et des treize nains qui l'accompagnaient. Suite a cela, j'avais reçu la visite d'un arnorien du nom d'Aragorn, qui portait nouvelles alarmantes. Aragorn était un dunedain et rare était ceux qui venait dans ma cité. Aragorn m'avait parlé de ce qui menaçait les peuples libres, ce qui confirmait les rumeurs venu du sud et de l'est, et mes pensées les plus sombres.

    BRAND – Une boule de feu ? Vous voulez-dire une sorte d’œil entouré de flamme ?

    GRAMLI – Oui majesté, un grand œil au centre d'un brasier. Majesté, comment le savez vous ?

    BRAND – Je vois, vous faites du bon travail avec vos patrouille capitaine Gramli. Mais, en tant que Capitaine depuis seulement une semaine, vous ne savez pas encore beaucoup de chose sur ce qui se trame dans l'ombre. Je ne peux me vanter d'en savoir beaucoup plus que vous. Gramli, vous avez entendu parlé de la visite d'un messager à l'apparence très repoussante ?

    GRAMLI – Oui, majesté.

    BRAND – Bien, alors sachez qu'il venait au nom du seigneur a qui la bannière avec l’œil enflammé fait référence.

    ALOÏN – Le Roi Dain a lui aussi reçu visite d'un tel messager il y a peu.

    BARDE II (Héritier des Bardides) – Le Roi Dain aussi ? Comment ont-ils fait pour passer ? Nous gardons les portes de jour comme de nuit, avec l'ordre d'arrêter et d'interroger toute personne posant des questions...

    BRAND – Notre garde n'est pas sans faille, mon fils. Un messager a pus passer inaperçu en ne posant pas de question susceptible de le faire arrêter. Carastin, faites renforcer la garde des portes, et donner l'ordre que les portes soient fermés a la tomber de la nuit. Nous ne pouvons nous permettre de laisser passer trop de gens de l’œil par notre cité.

    CARASTIN (Capitaine de la Garde des Portes) – Bien, majesté, je le ferais sitôt le conseil terminée.

    BRAND – Revenons donc sur ce qu'est la bande de mercenaire. Ce sont vraisemblablement aussi des gens de l’œil. Mais s'il s'agit aussi d'Homme de Rhùn, l'heure est plus grave que je ne l'imaginais encore. Ses Hommes sont vraisemblablement là pour tester nos défenses, envoyé à la mort par nos ennemis dont on ne sait que peu de chose sur eux. Qui sont-ils ou qui est-il vraiment ? Aragorn, fils d'Aratorn, nouvellement Roi d'Arnor, pense qu'il s'agit de Sauron. Oui, le mythique Sauron qui ravagea la terre du milieu il y a un âge. J'aimerais qu'il se trompe, mais je pense que nous le sauront bientôt, car, mes amis, l'heure est à la guerre et aux préparatifs pour la mener à bien.

    AMAND (Capitaine de la Garde Royale) – La garde royale est à vos ordres majesté. Ordonnez et nous le ferons.

    BRAND – Merci capitaine Amand, votre fidélité est exemplaire, mais la garde royale est de bien peu d'effectif et ne pourra pas vaincre nos ennemis seul. Notre armée, elle-même, ne le pourra pas...

    Je n'eus le temps de finir ma phrase que la porte de la salle du conseil de guerre s'ouvrit avec grand fracas. L'homme qui était là, dans l'encadrement, avait le teint livide, le regard inquiet, derrière lui se tenait neuf hommes en tenu de combat. Oh, ils n'étaient pas des ennemis, sinon leurs armes auraient été tiré.

    YALIM (Chef de patrouille) – Majesté ! Majesté ! Une bande de brigands menace le village de Lostret ! Je pense qu'à l'heure actuelle il est encerclé avec ses habitants... Majesté, quels sont vos ordres. J'ai préféré me replier avec ma patrouille, car ils étaient trop nombreux pour nous. J'ai estimé leur nombre à une cinquantaine.

    BRAND – Vous avez bien fait.

    ALOÏN – Par ma barbe ! Il faut envoyer des troupes sur le champs ! Mes nains seraient heureux de pouvoir enfin se dégourdir les jambes, et moi aussi !

    BRAND – Calme, calme Aloïn. Vos nains sont trop lourdement armée et trop bruyant pour surprendre les brigands. Chef de patrouille, les brigands portaient-ils un œil enflammé ?

    YALIM – Oui majesté.

    BRAND – Nous ne pouvons pas laissez mon peuple se faire massacrer. Capitaine Varmin, réunissez cents cavaliers, Formand, prenez cents guerriers et Barde, prend cents archers, je vais moi-même mener les opérations, retrouvez moi dans vingt minutes à la porte principale. Aloïn, vous et vos nains serez de la partie. Patrouilleur, vous et vos hommes serez nos guides.

    Traque dans la désolation de Smaug

    Le capitaine Gramli avait dit que la bandes de mercenaires étaient à une vingtaine de lieues mais Lostret se situe à moins six lieues de Dale, était-ce le même groupe ? Si oui, alors comment mes patrouilles auraient pus se tromper aussi lourdement ? La cinquantaines d'ennemis était-ils l'avant gardes d'un groupe plus grand ? Tous ce questionnement, je me le posais en silence alors que les hommes se regroupaient autour de moi. Casseur, ma fidèle monture, mon auroch de guerre, serait lui aussi de la partie. Cinq cents soldats étaient là, devant moi, près à se battre pour protéger les bardides.

    BRAND – Ce soir soldats, nous allons nous battre pour protéger ceux qui nous font confiance. Ce soir, nous aurons sauvez la fraction du peuple bardides qui est actuellement menacé par un ennemi dont on ne sait rien. Ce soir ! Nous allons montrer qu'il n'y pas que le Gondor, le Rohan, l'Erebor où les elfes qui possèdent une armée combative ! Ce soir, les BARDIDES VONT SE BATTRE ET GAGNER UNE BATAILLE !

    SOLDATS ET CIVILS (en cœur) – POUR LES BARDIDES ! POUR LE ROI BRAND !

    BRAND (aux capitaines) – Dites à vos hommes de faire le moins de bruit possible. Il est possible que ce que les nouvelles rapportée par la patrouille ne soit que la face visible de quelque chose de plus grand. Je veux prendre le moins de risque possible, aussi notre approche sera lente, les brigands seront probablement prêt à nous recevoir et seront sans doute plus nombreux que ce que nous pensons. Nous n'avons pas le temps de mettre en place une avant garde, une arrière garde ou des gardes lattérales. Je veux que tout les hommes et les nains soient aux aguets.

    Alors je pris la tête de la petite armée, chevauchant Casseur. A mes cotés, les capitaines sur leurs braves chevaux et derrière eux, les guerriers, suivit des archers puis des cavaliers, les nains fermant la marche. Personne ne parlait, mais les bruit de l'armée en mouvement, portant fièrement les bannières de Dale.

    Le village de Lotret comptait une vingtaine de maison seulement, situé sur la désolation de Smaug, où les plantes, arbres et autres flores, hormis l'herbe, n'ont toujours pas repris complètement leurs droits. Le village est situé dans le fond d'un assez vaste creux aux pentes peu abrupte. Le relief permet de voir les ennemi arriver de loin, même s'il n'y a pas de moyen de défense, Dale est encore proche et il y est facile de se réfugier entre les murs de la grande cité. Cependant, il est assez facile d'encercler le village par petit groupe sans être vu avant de descendre dans le vallon. La vingtaine de bâtisse, dont une auberge, sont construitent autour d'une place centrale.

    Avant même d'être arrivé sur les hauteurs du village, une colonne de fumée était visible. Un cavalier envoyé en éclaireur signala que le village était en feu et qu'il n'y avait aucune trace des brigands. Nous ne pouvions éteindre l'incendie et chacun devinait ce qu'il était advenu des villageois. Probablement tués, ou enlevés, l'un d'entre eux, avait pourtant réussi à échapper aux mercenaires. C'était un chasseur qui état partie le jour précédent à la chasse au petit gibier. Il était revenu au matin, et avait vue l'assaut d'une quarantaine d'hommes sur son village, le massacre de ceux qui faisaient semblant de résister, le viol de femmes et l'enlèvement des enfants. Il aurait aimé intervenir, mais son sort aurait été comparable à celui de ses amis, alors il est resté caché. Il se préparait à porter la nouvelle à Dale lorsqu'il entendit de loin la petite armée que je menais en personne. J'ordonnais aux hommes de faire une pause, de se rasasier et de prendre soin des chevaux afin de pouvoir tenir conseil avec les capitaine et le chasseur.

    BRAND – Quel est votre nom ?

    SILAMAIN (Chasseur) – Silamain, votre majesté.

    BRAND – Vous avez dit avoir assisté à l'assaut et au massacre. Dites nous tout ce que vous avez pus voire de l'équipement de ses bandits.

    SILAMAIN – Je dirais qu'ils possédaient tous une armure et un casque de cuir. Certains avaient de simple gourdin, d'autres des arcs, mais les mieux équipés, une dizaine peut-être, avaient des épées ou des arbalètes.

    BRAND – Varmin, envoyez un messager au royaume sylvestre, nous auront besoin de traqueur elfes pour suivre les brigands et les anéantir.

    SILAMAIN – Attendez ! Majesté... Je connais la désolation comme ma poche. Je suis chasseur, je suis habitué a repérer les animaux par le bruit en écoutant la pierre et leurs empruntes, même les plus petites ! Les brigands sont a pied, ils n'ont pas plus de deux heures d'avance sur vous.

    ALOÏN – Par ma barbe ! Ne nous fions pas aux elfes ! Ecoutons plutôt le chasseur !

    BARDE II – Un elfe nous seraient en effet très util, père, mais si un chasseur qui connait bien la région nous guide, alors il n'est pas necessaire d'envoyer un emissaire à Thranduill, cela nous ferait perdre un temps précieux.

    BRAND – Soit ! Varmin, trouvez un cheval pour notre guide et faites le accompagner par les hommes de la patrouille et vous même. Il est temps de partir, nous vous suivront lentement, laisser des marques visible pour nous indiquer le chemin et sonnez du cor quand vous les aurez rattrapés !

    ALOÏN – Par ma barbe ! Majesté ! Les chevaux sont bruyant, laissez quelques uns de mes nains suivre le chasseur, nous seront moins bruyant que des cavaliers !

    BRAND – Plus bruyant certes, mais plus rapide. La cavalerie accompagnera le chasseur. Varmin, n'oubliez pas les indications !

    Le capitaine Aloïn était assez mécontent de ma décision, mais ne protesta pas. Le chasseur et les cavaliers se mirent rapidement en chasse tandit que le reste de l'armée se remi lourdement en marche. Les indications étaient claire pour suivre la traque. Varmin était un archer de cavalerie, alors il semait ses flèches de manière visible pour nous indiquer la route à suivre. J'espérait juste qu'il en aurait assez. Le chasseur aussi avait une réserve qui... après épuisement de la première, utilisa la sienne. Ainsi, vingt-neuf flèches plus loin a vitesse d'infanterie, le cor ne sonna pas mais un massager arriva. Les brigands avaient fait jonction avec d'autres groupes du même gabarit... et nous attendaient de pied ferme...

    Ainsi, j'avais eu une vision claire. Les informations contradictoire n'était pas de la faute de mon capitaine, mais au fait que mes patrouilles avaient repérés plusieurs groupes, plus où moins proche de Dale. Pourtant, il y avait quelque chose qui me tracassait. D'après ce que j'avais compris, il était encore largement sous-nombre alors pourquoi nous attendaient-ils ?

    BRAND – Aloïn, il est temps pour ceux de ta race de prouver leurs valeurs. Va avec tes nains, face aux mercenaires. C'est probablement un piège, sinon ils continueraient de fuir.

    Bataille de la Colline Aveugle


    Une heure plus tard, Aloïn et ses deux-cents nains faisaient face à une centaine de brigands. C'est alors que le capitaine de la garde naine de Dale vis que j'avais vus juste. Il y avait bien un piège, et le capitaine compris pourquoi ce sont les siens qui avait été envoyé pour tomber dedans. Mieux équipé que les autres troupes qui composaient ma petite armée, ils pouvaient tenir longtemps en limitant les pertes. Attaqué de toutes parts, les nains de Dale tranchaient des têtes, coupaient des bras ou transperçaient leurs ennemis sans faiblir. Des dizaine d'humains mourraient pour un seul nain qui tombait, puis, le cor du commandant des nains tonna et de l'est, cents cavaliers et cents guerriers chargèrent les rangs des mercenaires, peu des notres tombèrent avant que l'ennemi ne se débandent. Cependant, ma cavalerie , sous mes ordres, lança la poursuite et parvint à encercler une centaine de brigands au sommet de la colline aveugle.

    Cette colline tient son nom du fait que rien, pas même un brin d'herbe, ne pousse sur elle. Nous avions déjà fait bon nombre de prisonniers dont j'ordonnais l'execution sauf pour l'un. Alors que mes hommes et mes nains encerclaient la butte, avec quelques gardes, je questionnais le prisonnier.

    BRAND – Qui êtes vous ? Pourquoi attaquez-vous les bardides ? Que cherchez vous ?

    PRISONNIER – Hiahahaha ! Le roitelet bardides montre ses dents ! Oh que j'ai peur !

    BRAND – La mort de tant d'hommes ne me fait pas rire. Parle et tu sera executé de la manière la moins douloureuse.

    PRISONNIER – Le roitelet a peur ! Ca se voit dans ses yeux ! Cette bataille n'est rien pour lui ! La guerre est gagné d'avance ! La terre du milieu sera bientôt sous son contrôle et nul n'est déjà en mesur de lui résister !

    BRAND – Qui lui ?

    PRISONNIER – Un grand œil entouré de flammes...

    BRAND – Une guerre n'est jamais gagné d'avance. Il faut commencer par gagner des batailles, et pour l'heure, je suis en train d'en gagner une.

    PRISONNIER – Un roitelet qui considère cela comme une bataille alors que pour Lui ce n'est qu'une petite escarmouches ne vaut pas grand chose... Hiahahahaha... Le Rhùn et ses alliés sont trop puissant pour le bébé royaume bardide et ses pseudo alliés...

    Je n'attendis pas d'en savoir plus pour trancher moi-même la tête du prisonnier. Je remarquais alors, qu'au centre de la colline flottait la bannière de l'oeil.

    BRAND (montant sur casseur et chargant) – SOLDAT ! CE SOIR NOUS DINERONS SUR LES CADAVRES DE NOS ENNEMIS ! A L'ATTAQUE ! POUR LES BARDIDES !

    SOLDATS (en cœur et chargeant) – POUR LES BARDIDES ! POUR LE ROI BRAND !

    La pente vers le sommet de la colline était rude, mais, elle-même, ne pouvait ralentir vraiment la charche d'un auroch en furie qui fendis les lignes des hommes de Rhùn comme dans du beurre, suivit par les nains et les hommes. Le combat fit rage pendant moins d'une heure mais elle fut rude car chaque ennemis se battait pour ne pas êtres fait prisonnier. Cependant nous parvienrent à en faire quelque-uns.

    Un trésor de gobelin

    PRISONNIERS 1 – Laissez-mois la vie sauve, je vous en pris ! Je pourrais vous montrer quelque chose !

    PRISONNIER 2 -3-4-5– Lache ! Le Maître ne sera pas content ! La mort ne nous fait pas peur !

    BRAND – Puisque la mort ne vous fait pas peur...

    J'ordonnais l'exécution sans ménagement de quatre des cinq prisonniers. Ensuite je revins vers le premier.

    BRAND – Préférer la mort à la vie, c'est ça se montrer lâche. Parle sans ambage et tu auras la vie sauve, cependant tu connaîtrait l'hospitalité des geôles de Dale.

    PRISONNIER 1 – En fouillant la région, mon groupe de mercenaire est tombé sur une grotte assez profonde. Nous y avons passez la nuit et... alors que les autres dormaient et que je montais la garde, je vis un éclat dorée dans la parois de pierre. En y regardant de plus près, il y avait un trou et... un mécanisme permettant d'ouvrir la parois et... un trésor apparut à mes yeux... Les autres avaient été réveillé pas le bruit et... décidèrent que ce trésor, il reviendrait le récupéré à la fin de notre mission.

    Après avoir pris quelques dispositions, je décidais d'aller moi-même inspecter la grotte en question pendant que le reste de l'armée retournait à Dale. Le mécanisme était bien là, un nain qui était avec moi, fit la remarque que le trésor qui se trouvait derrière la parois n'était pas un trésor de nain car les nains ne cacherait pas ainsi leurs biens, contrairement aux gobelins.

    Spoiler:
    [148 lignes = HARDCORD = 3'000 PO + 48 lignes de rab ?]

      La date/heure actuelle est Mer 20 Sep - 9:16