Le Seigneur des Anneaux RPG : L'Âge des Héros

Forum TEST LSDS
 

Partagez|

[Quête d'argent n°1] [Flashback] Les Trésors elfiques.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Masculin
Date de naissance : 23/06/1997
Date d'inscription : 29/09/2014
Age : 20
Messages : 391
Localisation : La Forêt-Noire



Feuille de personnage
Pièces: 1100 PO's
Équipement:
Armée recrutée:

MessageSujet: [Quête d'argent n°1] [Flashback] Les Trésors elfiques. Mar 28 Oct - 1:28

Accompagné de son fils, d'une cinquantaine d'archers ainsi que d'une cinquantaine d'épéistes de Vert-Bois, Thranduil épiait les mouvements d'une centaine d'orques massés autour d'un coffre. Cela faisait maintenant plusieurs heures qu'ils les poursuivaient à travers la forêt et les Sindar ne s'étaient pas fait repérer le moins du monde par ces stupides créatures. D'habitude, le Roi de Vert-Bois ne se serait pas déplacer pour une simple bande d'orque, leur présence étant de plus en plus commune dans la Forêt-Noire. Cependant, lorsque l'éclaireur de la patrouille de frontières avait entendu cette immonde assemblée prononcer le nom du Seigneur des Ténèbres, associé à celui de la forteresse de Dol-Guldur, qu'il avait jadis abandonné, le soldat avait compris qu'il se devait d'en informer son Roi. Voilà pourquoi, Thranduil, Roi de la Forêt-Noire se trouvait actuellement dans cette situation peu commune à quelqu'un de son rang. La troupe de créatures se remit en marche, transportant le coffre autour duquel, ils avaient poussés des grondements victorieux. Toute cette agitation autour de ce coffre, visiblement elfique, amenait Thranduil a penser que quelque chose de mauvais était entrain de se tramer avec ces horribles créatures. Marchant vers le sud, elles allaient visiblement là où l'éclaireur l'avait annoncé, à la sombre forteresse de Dol-Guldur du moins ce qu'il en restait. On ne pouvait pas dire que Sa Majesté eût peur, mais elle craignait plus que tout que son peuple tombe sur toute une armée une fois à la forteresse. Les souvenirs de la Bataille des Cinq Armées lui était revenu en tête. Tant des siens avaient péri ce jour-là et il ne s'était trouver là à la seule fin de réclamer une part du butin de Bec-de-cane. Ce jour le hantait, mais Thranduil en avait tiré une leçon : Parfois, il faut agir et non pas se contenter de rester cacher derrière les murs de sa demeure. Ses pensées étaient troublées par tout cela alors qu'il continuait à bondir d'arbre en arbre aussi silencieux qu'un écureuil. Lorsqu'il atterrit sur une branche d'un gigantesque chêne, une main se posa sur son épaule. Sans même se retourner, le Roi avait reconnu cette odeur, ce souffle, ce touché, c'était son fils, Legolas Vertefeuille. Lançant un regard interrogateur à son héritier, celui-ci lui fit un doux sourire que seul Thranduil avait la chance de connaître... Le Souverain comprit que son fils voulait lui parler, alors ils ordonnèrent aux elfes les accompagnant de continuer la poursuite en leur disant qu'ils les rattraperaient. Se tournant vers son fils, il attendit que celui-ci se soit assis pour lui demander pourquoi il souhaitait une discussion si soudaine. Son fils lui répondit :
«  Père, nous avons reçu une missive de l'Arnor. Aragorn, fils d'Arathorn, héritier d'Isildur est monté sur le trône d'Annùminas et est prêt à rebâtir le Royaume d'Arnor... Vous avez été convié à l'inauguration de la nouvelle cité d'Annùminas. Cependant, je sais qu'avec les dernières nouvelles que nous venons d'apprendre, vous ne délaisserez votre peuple sous aucun prétexte. C'est pourquoi j'aimerais que vous me permettiez de m'y rendre pour vous représenter et assurer les intérêts de votre domaine auprès du futur Roi de l'Arnor et de ses alliés. Si vous êtes d'accord je partirai demain avec une trentaine de cavaliers pour Annùminas en passant par le Val d'Anduin et la Trouée-du-Rohan. Nos coursiers nous permettront d'y être rapidement et d'échapper à toutes les troupes d'orques que nous pourrions rencontrer. Si, nos informations à propos de Sauron à Dol-Guldur se révèlent exactes, nous aurons besoin d'alliés puissant pour protéger notre Royaume et le descendant d'Elendil est d'après ce que j'en ai entendu, un grand commandant. »

« Bien... Je dois dire que je ne m'attendais pas à une demande pareille. Tu es mon seul héritier, il est très difficile pour moi de te mettre en danger. Legolas, tu as bien parlé mon fils, tu es digne de tes ancêtres... Ainsi il sera fait. Tu partiras demain avec des cavaliers pour l'Arnor. Tu devras t'assurer du soutient du plus de personnes que tu pourras. Mais avant de partir pour l'Arnor, nous passerons ensemble rendre visite à Brand de Dale, cet Homme sera sans aucun doute notre meilleur allié dans les années à venir, ses ancêtres étaient de fidèles amis des Elfes. Je suppose qu'il voudra lui-même le devenir. J'ai combattu au côté de son grand-père Bard, un Homme respectable et juste, je ne manquerai pas de lui rappeler que nous fûmes là quand ils eurent besoin de nous. »

Legolas hocha la tête et sans même prononcer un mot de plus, ils se remirent à bondir d'arbres en arbres afin de rattraper la troupe d'orques. Les relations entre Thranduil et son fils n'ont jamais été mauvaise bien au contraire, la perte de la mère de Legolas en couche fit que le Roi développa envers son héritier une sorte d'amour inébranlable, et Legolas par ses compétences et sa dignité l'avait rendu fière. La troupe d'orque fut rapidement rattrapée. Thranduil remarqua que la bande d'orque venait une nouvelle fois de s'arrêter et était de nouveau entrain de se quereller pour on ne sait quelles raisons futiles. Typiquement le comportement des serviteurs du Seigneur des Ténèbres. Le Roi des Elfes Sylvestres en profita et ordonna l'embuscade. Les archers se placèrent dans les cimes des arbres au-dessus de leurs victimes afin de faire pleuvoir les flèches directement sur leur tête. Les épéistes eux se laissèrent tomber en silence dans les buissons autour du regroupement d'orques. Thranduil et Legolas restèrent sur leur branche. Le Seigneur de la Forêt avait revêtu son armure royale dont la seule partie qu'il ne portait pas était son casque. En revanche, il portait dans les cheveux le diadème de combat des Rois Sindar. Lentement, il passa sa main dans son dos et en sortit un cor elfique argenté incrusté de diamants. Le portant à ses lèvres, il lui suffit de souffler doucement dedans pour que le cor résonne sur des kilomètres à la ronde. Soudain, les orques furent pris de panique et commencèrent à pousser des grognements d'inquiétude. Telles des étoiles filantes disparaissant dans le sombre ciel de la nuit, les flèches elfiques vinrent se ficher droit dans les têtes de nombre d'orques. C'était le signal pour les fantassins que c'était maintenant à leur tour de jouer. Dégainant leurs magnifiques lames elfiques, ils surgirent des buissons et encerclant les orques paniqués cherchant à fuir, ils les décimèrent. Lorsqu'il n'en resta que quelques-uns Thranduil, suivi par son fils bondit au cœur du combat dégainant la lame royale, il coupa le bras d'un orque qui traînait le coffre avant de lui couper la tête. La lame du Roi fendait l'air en émettant un petit son aigu s'apparentant au bruit d'une flèche lancée à toute vitesse. Écartant d'un grand coup d'épée un orque lui barrant le passage, il donna un grand coup de pied dans le coffre qui bascula et s'ouvrit sur le sol, laissant les kilos d'or qu'il contenait s'éparpiller sur l'herbe. Thranduil ne fut pas le moins du monde surprit, c'était comme il y a plus de 3000 ans, il savait exactement à quoi cet or allait servir au Serviteur de Melkor. Alors que ses soldats finissaient d'achever les derniers serviteurs de Sauron s'étant aventurer dans le Royaume Sylvestre, Thranduil fit signe à l'un d'eux de ramasser l'or et de le remettre dans le coffre. A la fin du combat, seulement trois fantassins manquaient à l'appel, le Roi prononça alors ceci :
« I Melain berio le, a ná gweth ú-dhanno am cherth dín »
(« Que les Valar vous protègent, et ne laisse jamais l’Ombre tombé sur votre demeure »)

Les soldats rengainèrent tous leurs lames et les archers descendirent des arbres. Tous ensemble, ils s'inclinèrent devant le Roi et la compassion qu'il avait eût pour les trois fantassins. Il est vrai que Thranduil était réputé pour être quelqu'un de froid alors lorsqu'il prononçait des paroles comme celles-ci, ses sujets avaient appris à les apprécier à leur juste valeur. Tous aimaient leur Roi, et aucun ne remettait ses décisions en questions. Certes, ce n'était pas un souverain parfait, cependant, il faisait tout pour le bien de son peuple. Sur le chemin des Halls, ils firent tous une halte pour admirer un cerisier qui était en fleur alors que tous les arbres étaient mourant autour de lui.  Le Roi alla se placer face au cerisier et remercia les Valar en touchant l'arbre. Depuis quelques années la forêt autrefois appelée Vert-Bois était mourante, mais quelques fois, les Sindar tombaient sur un arbre comme celui-ci, qui combattait le mal et cela leur redonnait à tous de l'espoir. Pour eux, ces arbres étaient des signes envoyés par les Valar afin de leur dire de continuer le combat et de lutter pour défendre leurs terres. Les dernières nouvelles de la venue de l'Ombre à Dol-Guldur avait sonné tout le monde. Thranduil lui-même avait été très inquiet. Le courage cependant, n'avait pas disparut. Thranduil Vertefeuille, revoyant son père et le Royaume de Doriath où il avait grandit et qui maintenant avaient tous deux disparus s'exclama :
« Nos terres sont souillées par des créatures des ténèbres, dernier vestige de la puissance de Melkor, elles sèment la mort et la désolation partout où elles s'installent. Dol-Guldur est de nouveau entre leurs mains et le devoir que nous avons de défendre nos terres en sera par conséquent encore plus difficile. Mais nous n'abandonnerons pas. Tel Glorfindel se sacrifiant pour sauver le peuple fuyant Gondolin, nous donnerons s'il le faut nos vies pour sauver notre peuple. Nous sommes les descendants du Royaume de Doriath qui résista pendant près d'un âge à Morgoroth, nous sommes la dernière vrai puissance militaire elfique en Terre du Milieu. Nous avons le devoir de vaincre, et nous vaincrons. Comme nous les avons terrassés il y a plusieurs siècles, nous les terrasserons de nouveau. Nous raserons Dol-Guldur jusqu'à la dernière pierre avant d'y reconstruire une forteresse qui rayonnera jusqu'à Valinor ! »

Les guerriers dégainèrent tous leurs lames, les pointant vers le ciel avant de les rengainer. Les Sindar comme tous les autres peuples elfiques n'étaient pas très expressif mais, rien que le fait d'avoir réagis comme ça prouvait que le discours de leur souverain avait fait forte impression sur eux. Thranduil avait pris sa décision, cette fois-ci, les Elfes Sylvestres ne resteraient pas câcher dans leurs demeures, non ! Ils allaient prendre les armes et écraser leurs ennemis. Ce que lui avait dit Legolas quelques minutes plus tôt avait aussi redonné espoir au Roi. Ils ne seront pas les seuls à lutter, il le savait. Un Combat difficile s'annoncer, une guere comme on en avait pas vu depuis un âge. Ce serait la dernière, il le savait, si les Peuples Libres venaient à perdre, ils seraient trop faible pour se relever et la Terre du Milieu resterait à tout jamais dans les ténèbres. Une tempête approchait et les Peuples Libres allaient devoir l'affronter ensemble ou périr seuls. Thranduil savait déjà quoi faire en premier lieu. Comme le Roi l'avait dit Legolas, ils devaient se rendre à Dale afin d'y rencontrer le maître des lieux. Seuls les deux pays n'avaient aucunes chances de survivre à cette guerre, mais si une nouvelle alliance entre les Hommes et les Elfes venaient à se former, cela pourrait bien changer le destin de ce monde. Jusqu'à il y a quelques décennis, Thranduil ne pouvait supporter l'idée de voir un humain. Mais aujourd'hui, tout avait changé, les elfes déclinaient en Terre du Milieu et les Hommes étaient appelés à en devenir la race dominante. Le Royaume Sylvestre comptait bien s'élever en même temps que les Hommes lorsque le moment viendra. Pour cela, ils allaient devoir vaincre le plus terrible adversaire que la Terre du Milieu leur ait jamais apporté, le Seigneur des Ténèbres, le traitre aux Valar, Sauron. Une lutte acharnée s'annonçait. Faisant signe à ses soldats d'ouvrir la porte, la patrouille et le Roi pénétra à l'intérieur des Halls et les portes se refermèrent dans un fracas de tonnerre.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[Quête d'argent n°1] [Flashback] Les Trésors elfiques.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Blog de Marc Bazin: Combien d'argent pour «sauver» Haïti ?
» Dossier Corruption 2:L'ONU et l'argent vole par JC Duvalier
» Haiti en Marche: L'argent de la drogue et les élections!
» La salle de l'argent
» L'argent du Pouvoir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Seigneur des Anneaux RPG : L'Âge des Héros :: Territoires des Elfes :: Royaume Sylvestre-