Le Seigneur des Anneaux RPG : L'Âge des Héros

Forum TEST LSDS
 

Partagez|

Le Conseil Noir de Morgomir. [Quête d'Argent]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Masculin
Date d'inscription : 06/10/2014
Messages : 56



Feuille de personnage
Pièces: 4 860 PO
Équipement:
Armée recrutée:

MessageSujet: Le Conseil Noir de Morgomir. [Quête d'Argent] Sam 25 Oct - 11:48

-Le Conseil Noir de Morgomir-


En montant l'escalier en pierre d'un pas lent, Moloch scruta l'architecture de Minas Morgul. D'immenses statues avaient été dressées dans la salle principale, et des escaliers, on pouvait avoir une vue imprenable sur celle-ci. Les Orques s'agitaient en bas, ils avaient soif de sang. Les forces de Morgul avaient organisés de longues sessions d'entraînements afin de perfectionner les troupes dans l'art du combat, mais également dans celui de la furtivité, des poisons et autres tactiques pour remporter une guerre. Contrairement à la chaleur presque constante qu'offrait les Terres Noires, Minas Morgul semblait glaciale provoquant des frissons à tout les Hommes ayant tentés de s'en approcher de trop près.

Après quelques minutes, Moloch ouvrit les portes métalliques de la Salle du Conseil.


-Qu'est-ce que tu fous derrière tes murailles ?! Le poing du capitaine Gorbag s'abattit sur la table du conseil avec un bruit de tonnerre. Tu devrais déjà marcher sur l'ouest !

Moloch, baissant la tête annonça d'une voix rauque:

-Pardonnez mon retard, je m'occupais des recrues.

Les personnalités présentes hochèrent la tête et continuèrent le débat.

-Taisez-vous, Gorbag, vous ne savez rien de ma situation ! Et je vous évite à garder votre langue de rat dans votre gueule.

Le capitaine de Cirith Ungol rétorqua à son homologue de la Porte Noire:

-Pfff, imbécile, votre armée ne survivra pas plus d'une semaine si vous continuez à croître, à un tel rythme...

-Qu'as-tu dis vermine ?

Grishnâkh prit la parole:

-Gorbag a pas tord, faudrait vraiment que tes Orques se remuent les tripes ! Avant de se les faire percer par ces foutus Hommes de l'Ouest !

-J'te permet pas de critiquer nos forces !

-SILENCE !

La voix stridente d'un Nazgûl interrompit les disputes courantes et les rivalités que se vouaient les forces du Mordor entre elles. Moloch s'était contenté de s'asseoir à sa place, écoutant les paroles de ses congénères. Il s'agissait de Morgomir, terrifiant spectre de l'anneau qui avait reformé le royaume d'Angmar avec le Roi-Sorcier. Il s'installa à son tour, sortant du vide le plus total comme-ci il avait toujours été présent. Moloch le salua d'un signe de la tête, jugeant que s'attirer les faveurs d'un Nazgûl pouvait le mener loin.

En ce qui concernaient les autres membres du Conseil, ils affectaient de leur mieux, avec un bel ensemble; de se trouver ailleurs. En quoi, ils se montraient indifférents aux chamailleries des différents officiers perturbateurs. Morgomir poursuivit:

-De telles agitations ne font que retarder l'issue de ce Conseil Noir. Cessez vos idioties et parlons sérieusement ! J'ai été chargé d'orchestrer cette réunion, et le Maître semble déterminé à vouloir faire tomber les derniers bastions gondoriens à proximité de nos frontières, notamment Osgiliath. Général Gothmog, comme vous le savez la chute de l'ancienne capitale est nécessaire pour nous assurer un accès directe vers Minas Tirith, voilà pourquoi la tâche de faire tomber la ville vous reviendra en temps voulu. J'aimerais également vous parlez de Dol Guldur, comme vous le savez, Khamûl règne sur les lieux secondés par ses lieutenants. Néanmoins, je ne doute pas qu'il aura besoin de renforts supplémentaires lorsque les Elfes sylvestres deviendront trop insistant dans leurs tentatives à nous chasser de leur royaume illégitime. J'en viens au fait, nous allons lancer en coopération avec Dol Guldur, une large opération de reconnaissance dans la région. Il nous faudra faire preuve d'une certaine discrétion afin d'éviter un bain de sang inutile et sacrifier inutilement nos soldats. Bien que cela n'est que le cadet de nos soucis.

Gorbag prit la parole, s'excusant largement ayant remarqué le regard inexistant et pourtant si froid du Nazgûl.

-Seigneur Morgomir, permettez-moi de vous présenter le nouveau capitaine de l'ancienne légion affecté au de feu capitaine Gaerag ? Il se nomme Moloch.

Morgomir se pencha légèrement vers l'Orque pâle.

-Hum, j'ai entendu de nombreuses histoires à ton sujet, Moloch le Cruel, tout porte à croire que tu as renversé Gaerag toi même en retournant sa propre légion contre lui.

-Oui, seigneur. Confirma Moloch. J'ai fais ce qu'il me semblait le plus juste pour apporter la victoire à notre cause.

-Gaerag n'est pas une perte importante, avoua le Nazgûl, et tu me sembles beaucoup moins naïfs qu'il l'eut été lors des précédents conseils. D'ailleurs, tu es apte à cette mission. Le sang des puissants Orques de Gundabad coule en toi...Tu es né en Mordor, mais tes racines remontent aux grands guerriers du nord-ouest qui ont renversés des royaumes entiers. Capitaine Moloch, ne me décevez pas.

Moloch afficha un léger sourire, dévoilant ses dents acérées comme des rasoirs.

-J'en ferais mon devoir, seigneur. Je dois par contre me rendre une dernière fois en Mordor afin d'y régler quelques dernières affaires avant mon départ vers la Forêt Noire, j'espère que cela n'affectera en rien vos projets.

Le Nazgûl cliqueta ses griffes d'aciers sur la table:

-Et bien soit. Pour les autres, je vous invite à renforcer davantage vos positions. Une importante somme d'argent sera versée à chacun demain dés l'aube afin de perfectionner vos armées. Bien, je prend congé de vous.  

Ces mots sonnaient la fin de la réunion. Les officiers et hautes personnalités quittèrent la salle. La fermeture de la porte sur ses talons préserva Moloch de paroles supplémentaires. Drapé par sa faction devant l'entrée du Conseil dans le long manteau sombre de la Garde Numénoréenne et revêtu de son armure, l'humain qui gardait l'endroit décocha à l'Uruk du coin de l'oeil un regard curieux mais se garda, bien-sûr, de poser la moindre question sur l'issue du Conseil Noir organisé par Morgomir, redoutable serviteur du Roi-Sorcier et du maître Sauron.

Jugeant avoir fait beaucoup de choses en une journée, Moloch prit la décision de se restaurer un minimum dans ses quartiers privés. Il avait eu l'agréable surprise de voir que ses nouveaux appartements, acquis grâce à sa promotion, étaient largement plus confortables que les anciens baraquements poisseux des soldats. Bien qu'au final, l'hygiène n'était pas réellement un problème pour les Orques, mais Moloch aimait se dire que par l'intermédiaire de ce privilège, il pouvait se sentir supérieur aux autres. Bien-sûr, il savait qu'il était loin d'être le seul à ressentir cette impression...Et il avait été bien avisé de s'en rendre compte dés son service dans l'armée du Mordor.


~*~

Plus tard.

Du fond des immenses dédale de Minas Morgul, quelque part, hurla un Warg. Le cri lugubre flotta sur l'antique forteresse comme un pavillon de deuil. Moloch se redressa de sa couche, plaçant ses deux mains sur son crâne. Probablement dérangé par ce bruit et par les tourmentes d'une nuit agitée, il décida de se lever. Las, certes, mais déterminé. Il s'approcha du petit bureau en bois qui lui avait été confié, sur celle-ci, une large carte du Mordor, de son index, l'Uruk pointa la Passe de Cirith Ungol. Avant de quitter sa terre natale, Moloch comptait bien vérifier une rumeur que lui avait confié son lieutenant, Gorûrk. D'après les informations de celui-ci, un coffre ayant persisté le règne règne du Gondor sur l'ancienne Minas Ithil, ceux-ci avant d'abandonner le château, aurait tenté de s'échapper par l'antre de Shelob avec le coffre en question. Et justement, l'or n'était pas à négliger en temps de guerre...Un supplément de la somme prévue pour la gestion des troupes ne ferait de mal à personne...

Moloch avait prévu d'entamer cette petite expédition le lendemain à l'aube. En attendant, il avait tout intérêt à se reposer davantage, mais la fatigue n'était plus en lui. Il décida alors de s'égarer dans les couloirs afin d'y trouver une forme de consolation face à la frustration déconcertante de ne pas trouver le sommeil. Il finit par débarquer dans la salle d'entraînement située non loin des forges. Immobile, une ombre semblait l'observer au loin, Moloch s'en approcha annonçant d'une voix aussi tranchante qu'une lame de Morgul:


-Que fais-tu à une heure aussi tardive ?

L'ombre se retourna et dévoila son visage, il s'agissait d'un Numénoréen noir. Pour Moloch, il ne s'agissait que, de toute simplement, un humain...L'Uruk n'apprécia pas longtemps le mystère qui planait autour de ce guerrier de l'ombre. Celui dégaina sa lame et rétorqua d'un ton égal:

-Cela ne vous regarde pas, Orque, mais vu que nous sommes censés être allié, je suis ici pour m'entraîner, j'ai une autorisation, si c'est ça que vous voulez savoir.

-Je suis le capitaine Moloch, adresses-toi à moi comme tu le devrais, soldat.

Moloch visiblement irrité, par le manque de discernement du soldat humain, dégaina à son tour sa lame invitant son "allié", pour reprendre son terme, à le combattre lors d'un duel amical, histoire de se dégourdir les jambes. Le Numénoréen accepta d'un opinement du chef. L'Uruk ne s'était plus beaucoup servit de son épée ces derniers temps, il avait privilégié sa masse, qui infligeait beaucoup plus de douleur à chaque coup exercé, mais ce duel était une bonne occasion pour utiliser son arme. Il savait manié aussi bien la masse que l'épée, en réalité, il maîtrisait tout sauf les armes à distance, il jugeait ces armes comme celles des lâches et des pleutres. En suivant sa logique, il était tout-à-fait conscient qu'il insultait une certaine variété d'Elfe qui possédait presque une sorte de fétichisme de l'arc, ce qui voulait donc, indirectement, dire qu'ils étaient également des fuyards. Moloch était un guerrier, il voulait sentir les faiblesses de ses adversaires à travers sa force de frappe, anticiper sa technique et croiser le regard de celui-ci avec les siens. Son regard d'un bleu royal, que l'on aurait pu comparer avec l'océan si il n'avait pas été un Uruk. Malheureusement, il ne l'avait pas choisis mais pourtant éprouvait une véritable fierté à appartenir à la race de l'avenir; la race qui gouvernera toutes les autres. Snagas, Uruks, tous étaient des frères, mais si ils ne voulaient pas forcément tous le reconnaître. Resserant l'emprise sur le pommeau de son épée, Moloch inspira un grand coup patientant la première attaque de son adversaire.

Le Numénoréen était habile mais également vicieux, presque autant que le bon vieux Gaerag. Moloch l'avait perçu en l'observant de plus prêt. Sa façon de le regarder, sa posture, le simple fait qu'il affichait un sourire arrogant prouvait qu'il n'était pas ce qu'il y avait de plus loyal dans les légions du Seigneur des Ténèbres. Un ambitieux, rongé par la cupidité. Moloch l'est-il aussi ? Bonne question, partagé entre son désir de prospérité pour sa race et sa patrie, et l'ambition de faire croître sa gloire personnelle. Un paradoxe, une fois de plus, de ce qu'était la personnalité du capitaine mordorien.

Après quelques minutes de réflexion, la cour résonnait du chant des épées. Les duellistes s'étaient échangés les premiers coups avant d'entamer une véritable valse. Sous la laine noir, le cuir bouilli et la cotte de maille, le Numénoréen sentait son coeur battre davantage, il était clair que l'Uruk était d'une taille supérieure à la sienne, un avantage qui pouvait s'avérer être une faiblesse. L'homme se défendait gauchement et reculait d'un pas peu confiant lorsqu'il fit la violence et la férocité de Moloch qui s'acharnait à briser la garde du soldat.  Le voyant lever son arme, l'Uruk lui décocha par en dessous un coup de biais qui, portant derrière sa jambe, le fit chanceler, puis prit sa lame en écharpe et lui claqua si violemment le torse de son avant-bras que, perdant l'équilibre, le Numénoréen se retrouva à terre. Tentant de tailler, en guise de baroud d'honneur, son adversaire au niveau des parties intimes, il reçu en réponse un violent coup de pied en pleine face. L'homme s'était retrouvé à ramper sur le sol afin de récupérer sa lame qui avait glissé quelques mètres plus loin, à cause de la violence du coup de l'Uruk.

-Félicites-toi que mon épée ne soit pas tranchante. La prochaine fois, ce ne sera peut être pas le cas. Allez relèves-toi, soldat. Tu devrais retourner dans tes quartiers avant que tes semblables n'apprennent ce qu'il s'est passé.

Le Numénoréen cracha au sol, essuyant à l'aide de son coude le filet de sang qui pendait à ses lèvres. Son égo, peut être un peu trop surestimé face aux compétences de Moloch, avait prit cher face à cette défaite. Mais, en faisant cela, Moloch prouvait une fois de plus que: Seuls les forts persistent et seuls les faibles périssent. C'était l'un des fonctionnements fondamentaux du Mordor. Il rangea son épée et afin de préserver le peu d'intérêt que Moloch avait pour lui, se décida à le remercier pour le duel avant de le saluer et de filer.

*Ces novices...fières et pourtant incompétents...*

~*~

Le lendemain à l'aube.

Moloch, du haut de son trône, dans la partie des baraquements lui étant réservée, observait les multitudes d'Orques qui le servaient désormais. La discipline du régiment se respectait comme un rituel. Pourtant étonnant pour des Orques, ils avaient rapidement compris qu'à Minas Morgul, il ne fallait pas jouer aux imbéciles, si l'on ne voulait pas finir dans le fleuve ou même dévorer par Arachne. Positionnés en formation de carrés alignés, les soldats observèrent le lieutenant de la légion s'approcher du capitaine.

-Salutation, capitaine.

-Gorûrk, alors j'espère que l'entraînement des recrues se passent bien ?

-Prometteur, nous patientons encore la fin de leur formation avant de faire un réel jugement dessus, capitaine.

-Bien. Rassemblez deux soldats fiables qui m'accompagneront dans l'antre de Shelob et rassemblez quelques prisonniers pour que l'on puisse les offrir à Arachne en symbole d'amitié. Nous trouverons ce trésor, ou du moins j'espère que vos informations étaient fiables.

Alors que Gorûrk confirma, on heurta la porte ébène du baraquement. Moloch se leva en plissant les yeux et articulant d'un ton brutal:

-Qu'y a-t-il ?

-Un messager pour vous.

-J'avais interdis que l'on me dérange.

-Oui, capitaine, mais il insiste.

-Bon, introduis-le et vite.

Les troupes se rangèrent de telle façon à formée une voie au vistieur lorsque celui-ci entrerait. C'était un petit Orque grisâtre aux yeux jaunes, vifs et pénétrants. L'âge avait passablement clairsemé ses mèches grises. Sa robe de laine brune à parements de fourrure semblait vieille de plusieurs décennies. De ses longues manches flottantes munies de poches intérieurs où il  ne cessait de fourrer des objets le vieil Orque extrayait avec la même prodigalité tantôt des livres, tantôt des messages ou bien même parfois, dans les circonstances adéquates, des armes voir des fioles de poisons. Il s'approcha, posant un genou peu souplement au sol, sous le regard des soldats autour.

-Capitaine, dit-il, daignez me pardonner de troubler votre commandement, mais j'ai un message du seigneur Morgomir.

Il y eut un blanc désagréable, surtout pour le messager qui devait supporter les regards des Orques perturbés par sa venue.

-Qu'attends-tu ? Parles, vermine !

-Il vous convie à la salle principale de Minas Morgul afin d'y recevoir votre prime de commandement. Il a dit ne pas pouvoir patienter indéfiniment.

Moloch rétorqua, en s'avançant vers la porte, qu'il était disposé à recevoir l'or. Il suivit le vieillard jusqu'à la grande salle. Morgomir accueillit tout les officiers faisant un signe du revers de la main, il vit quémander des Snagas portant d'énormes coffres contenant l'or. Le Nazgûl prononça une phrase en Noir Parler:

-durb krimpburzum ! (Que votre règne soit lié à l'obscurité ! )

Les officiers rétorquèrent quelques remerciements avant de se préparer pour la suite des évènements. Les Snagas suivirent Moloch jusqu'à son baraquement, et ensemble, ils rejoignirent les soldats.


Résumé:

Ces derniers jours avaient été laborieux pour le capitaine Uruk, en effet, après une brève explication de son fonctionnement à ses nouvelles troupes, il avait été convié à participer au Conseil Noir. Là, Morgomir le Corrompu, sombre spectre de l'Anneau et serviteur du Seigneur des Ténèbres, lui confia une nouvelle quête qui pourrait à nouveau lui apporter gloire et forturne. La quête n'était autre que d'aider Khamûl l'Oriental, second du Seigneur des Nazgûls, à pacifier la région entourant Dol Guldur, ancien bastion du Mal. Autrefois, gouverné par le Nécromancien n'étant autre que l'une des nombreuses formes de Sauron, elle était aujourd'hui sous la régence de l'Ombre de l'Orient. La mission de Moloch était simple, fournir au Nazgûl une aide efficace représentant ainsi l'intérêt du Mordor envers Dol Guldur. Mais avant tout cela, Gorûrk, lieutenant de Moloch, lui partagea ses bonnes convictions au sujet d'un trésor, perdu par les Gondoriens, dans le Royaume des Araignées à Cirith Ungol. C'est donc, en suivant les renseignements de son bras droit, que Moloch partira avec deux hommes de confiance et des prisonniers en quête de ce coffre d'or qu'il pourra ainsi ajouter à ses fonds. Cependant, nul ne passe sur le Royaume d'Arachne, dernière descendante d'Ungoliant, sans contrepartie, ce qui justifie la présence des prisonniers lors de cette expédition dans les tréfonds de l'antre de Shelob. C'est donc là que va s'achever les derniers préparatifs de Moloch avant son départ vers Dol Guldur...


== Fin du RP ==
(Suite à venir à la Passe de Cirith Ungol)

17 328 caractères avec Open Office.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Le Conseil Noir de Morgomir. [Quête d'Argent]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Salle du Conseil Noir
» Nouvel Organigramme du Conseil Noir
» Bande d'elfes noir
» [CONSEIL] Nains
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Seigneur des Anneaux RPG : L'Âge des Héros :: Le Mordor :: Vallée de Morgul :: Minas Morgul-