Le Seigneur des Anneaux RPG : L'Âge des Héros

    Dialogue entre les Deux Tours [PV Saroumane]

    Partagez
    avatar
    Sauron Le Grand

    Féminin Date de naissance : 20/01/1990
    Date d'inscription : 28/09/2014
    Age : 27
    Messages : 192

    Feuille de personnage
    Pièces: 0 PO
    Équipement:
    Armée recrutée:

    Dialogue entre les Deux Tours [PV Saroumane]

    Message par Sauron Le Grand le Jeu 23 Oct - 22:38

    Des pas raisonnaient dans la Tour Noire, des pas lourds et lents. Les couloirs sombres n’étaient que très vaguement éclairés par quelques torches çà et là et par moment, une grande ombre se dessinait sur les murs à la lumière rougeoyante des flammes. Cette ombre, c’était celle du Seigneur de la Tour, du Seigneur de ces Terres, du Seigneur Ténébreux.


    D’ordinaire enfermé dans ses appartements à lire de sombres recueils et à étudier de grandes cartes, il était devenu rare pour les esclaves de Barad-dûr de voir le Maître des lieux. Ils pouvaient certes sentir sa présence mais le VOIR était une autre affaire. Tous s’écartaient sur son chemin, les plus téméraires restaient et s’inclinaient jusqu’à terre mais tous pouvaient sentir une chose : le Seigneur des Ténèbres était contrarié.


    Cela remonte au début des années 3000 du Troisième Âge, lors d’une journée où il regardait inlassablement dans son Palantir, dans lequel il pouvait voir bien au-delà des Monts de l’Ombre. Il savait qu’il existait d’autres pierres de vision comme la sienne, même si certaines étaient à jamais perdues. Avec le temps, il avait fini par en avoir le contrôle. Il pouvait voir toute personne qui elle-même regardait dans un Palantir. C’est ainsi qu’un jour, il tomba sur une personne qu’il avait connu au temps où Sauron n’était pas, au temps où il était encore Mairon, servant d’Aulë : le Maia Curumo. Il vit immédiatement vers quoi les pensées de Curumo étaient tournées. Tentant de camoufler sa colère de voir ainsi son Anneau tant désiré par quelqu’un d’autre dont les connaissances en la matière étaient égales aux siennes, il lui parla, le charma et le convainc de se rallier à lui dans la confidence, en ne rien laissant paraître aux yeux des autres, surtout à ceux des membres du Conseil Blanc. Sauron ne se faisait guère de soucis à ce sujet ; il était certain que Curumo, ou Saroumane comme il se faisait à présent appelé par les Hommes, ferait merveille et ne laissait rien paraître, pas même à Gandalf, Galadriel ou encore Elrond le Semi-Elfe. Sauron rentrait régulièrement en contact avec Saroumane et c’est ce qu’il s’apprêtait à faire à nouveau aujourd’hui en se dirigeant vers la salle où il gardait son Palantir.


    C’était une petite salle exiguë, sans fenêtre ni aucune décoration. Deux torches étaient accrochées aux côtés de la porte d’entrée. Leur faible lumière permettait d’apercevoir, au centre de la pièce, un haut socle de marbre noir sur lequel était posée une petite sphère noire qui pouvait tenir dans le creux de la main. Les gardes en faction devant la salle lui ouvrirent la porte et la refermèrent derrière lui. A présent seul, il se concentra, chassant de son esprit toute la contrariété qu’il pouvait ressentir lorsqu’il parlait à Saroumane, étant donné qu’il en savait beaucoup trop sur les Anneaux de Pouvoir et, surtout, sur l’Unique, dont il soupçonnait le Maia d’en être un peu trop intéressé… Néanmoins, il avait besoin de ce « Pantin » loin à l’Ouest en Isengard. L’Alliance encore secrète entre les Deux Tours sera comme un coup de massue pour les Peuples Libres et il jubilait d’avance rien que de penser au choc que cela produira dans les esprits de tous ceux qui voyaient en Saroumane leur plus fidèle allier.


    Il posa sa main à laquelle il manquait un doigt, celui qui portait l’Unique, tranché par Isildur jadis, souleva lentement la pierre pour la mettre à la hauteur de son heaume et attendit. Il n’eut pas à attendre longtemps car il sentit presque immédiatement l’esprit de Saroumane entrer en contact avec le sien. Alors, d’une voix lente mais sonore et autoritaire, il parla au magicien traître :


    "Salutations, Saroumane, Maître d’Orthanc. J’espère que l’avancement de la conception de ton armée est en bonne voie car l’heure approche… Le moment sera bientôt venu de me prouver si notre Alliance est à la hauteur de mes espérances et si ton armée est digne du Mordor… Mais avant cela, je voudrais savoir quelles sont les nouvelles que tu as pu apprendre de tes…….. « amis » du Conseil Blanc. L’Ouest…….. m’intéresse…….. "

    Il n’en dit plus pour le moment sur ce qui l’intéressait vraiment, attendant d’entendre ce que Curumo avait à lui dire avant de passer aux choses sérieuses…


    Spoiler:
    43 lignes

      La date/heure actuelle est Mer 16 Aoû - 14:55