Le Seigneur des Anneaux RPG : L'Âge des Héros

    [Flashback] Rencontre princière. [PV Théodred]

    Partagez
    avatar
    Numenil

    Masculin Date de naissance : 05/03/1989
    Date d'inscription : 14/10/2014
    Age : 28
    Messages : 153
    Localisation : Bordeaux la magnifique.

    Feuille de personnage
    Pièces: 930 PO
    Équipement:
    Armée recrutée:

    [Flashback] Rencontre princière. [PV Théodred]

    Message par Numenil le Jeu 23 Oct - 15:10

    D’un côté l’on voyait les Monts Brumeux, de l’autre, les montagnes blanches. Entre les deux, un passage que l’on avait nommé la Trouée du Rohan. Cette vallée entre deux massifs montagneux rappelés bien des souvenirs à Numenil alors qu’il l’empruntait pour la première fois depuis des années.

    Ce n’était qu’une étape d’un long voyage. Sa destination finale été l’ancienne frontière est du Gondor, l’Ithilien, ou il espérait apprendre des choses sur le Mordor et rencontrait les Rangers du Capitaine Faramir. L’Ithilien été leur terrain de chasse et ils auraient surement beaucoup à en dire sur les mouvements des forces des ténèbres.

    Et le voyage devrait normalement être calme. Le Rohan été en paix, protéger à l’est par le Mordor et à l’Ouest par Orthanc. Raison pour laquelle le Dunadan n’était accompagner que par deux personnes : Elendur, qui n’avait jamais franchi les limites de l’ancien royaume d’Arnor et pour qui il était l’heure de découvrir le monde et Roramon qui, n’ayant rien de mieux à faire n’avait pas résisté à la possibilité d’une chasse à l’orque en Ithilien.

    Ils arrivèrent donc en Rohan sous le soleil de midi, traversant le Gué de l’Isen à dos de cheval. Dès qu’il vit les paysages, de nombreux souvenirs revinrent à Numenil qui avait combattu sous les ordres du roi Thengel, père du Roi Théoden. Alors qu’ils allaient bon train, sans trop se presser toutefois, Elendur brisa le silence.

    « J’ai entendu dire qu’autrefois, ces terres était celles des Dunlendings et qu’ils furent chasser par les Rohirrims. Est-ce vrai ? »

    Numenil, qui avait commencé à bourré sa pipe en vue d’une bouffé de vieux toby, termina son œuvre, alluma le tabac et répondit.

    « En un sens, oui. Les ancêtres des hommes du pays de Dun vivaient ici. Ils firent serment à Isildur de le suivre à la bataille mais ils le trahir en fin de compte. Bien plus tard, l’intendant du Gondor offrit ces terres aux ancêtres des Rohirrims en remerciement de leur aide à la guerre et parce que le Gondor ne pouvait plus la défendre. Les hommes d’Eorl chassèrent alors les sauvages qui avaient trahis Isildur et ceux-ci s’installèrent en pays de Dun. Personne n’y trouva à redire : Les cavaliers Eothéod était des hommes braves et loyaux. Il était bien plus sur de les savoir ici, à tenir cette région et à y proliférer, plutôt que de la laisser aux mains de traitres. D’ailleurs maintenant que la guerre se profile à nouveau, les Hommes de la Marche seront des alliés et amis fiable, n’en doute pas. Alors que nous avons déjà dû prendre les armes contre les sauvages du Pays de Dun. »

    Ils continuèrent et le soir venu ils se trouvaient à l’extrême limite de la Trouée et dès le lendemain, ils mettraient les pieds dans l’Ouestfolde. Les trois rôdeurs se séparèrent, cherchant du bois pour le feu. Lorsqu’ils se réunirent à nouveau, Roramon semblait inquiet.

    « Il y a non loin d’ici, dans l’herbe, de nombreuses traces de passages. Mais elles semblent avoir été faites par des hommes à pieds. N’est-ce pas la étrange ? L’infanterie du Rohan ne quitte que rarement ses places fortes. Ce sont les cavaliers qui patrouillent le pays ! Et même s’il est difficile de juger par cette nuit noire, je jurerais avoir vu des traces d’orques. »

    Cette nouvelle jeta une ombre sur le groupe. Ils avaient eux-mêmes déjà constaté les signes de l’éveil de l’Ennemi dans le nord, se pouvait-il qu’il soit de même ici ? Finalement, ils n’allumèrent pas de feu, se contentant de manger du pain de route. Ils ne dormirent que d’un seul œil cette nuit-là, gardant la main sur le pommeau de leurs épées. Au cœur de la nuit ils crurent entendre le passage d’une grosse force de cavalier. Du moins entendre n’est pas le mot. C’était plutôt une sorte de vibration dans le sol, comme si un grand groupe de cavaliers se déplacer rapidement à la lueur de la lune.

    Au petit matin, ils ne trainèrent pas, reprenant leur chevauchée. Inconsciemment, elle se fit plus rapide et moins agréable, les trois Dunedain été sur leurs gardes, redoutant les mauvaises rencontres. En fin de matinée, alors qu’ils atteignaient le sommet d’une colline, les mêmes résonnances que la vielle se firent sentir dans le sol. Mais cette fois-ci ils en virent la source :
    En contrebas, un groupe de cavalier du Rohan semblait être en patrouille. Et ils s’allaient à vive allures.

    « Voilà, petit frère. Voici un Eored. Ou bien est-ce un demi Eored, je ne saurais le dire d’ici. Il s’agit des groupes de cavalerie attaché aux seigneurs du Rohan. Nul doute qu’un officier du roi commande cette troupe. »

    « Leurs chevaux ont l’air magnifique. On ne m’a pas mentit sur les talents d’éleveur de ce peuple. Voilà qu’ils obliquent vers nous ! Nous sommes vus. »

    « Restez calme. Ils sont nos amis. Mais peut-être n’ont-ils pas encore comprit que nous sommes les leurs. »


    Alors que le groupe de cavalier s’approcher, visiblement suspicieux et sur ses gardes, Numenil cria à leur intention.

    « Bonjour hommes de la Marche ! Quelles sont les nouvelles pour le peuple des chevaux ? »

      La date/heure actuelle est Mer 20 Sep - 9:17