Le Seigneur des Anneaux RPG : L'Âge des Héros

Forum TEST LSDS
 

Partagez|

Une illumination pour une âme perdue ? [PV - Cirion]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Masculin
Date de naissance : 20/12/1998
Date d'inscription : 27/09/2014
Age : 18
Messages : 120



Feuille de personnage
Pièces: 16 500 PO
Équipement:
Armée recrutée:

MessageSujet: Une illumination pour une âme perdue ? [PV - Cirion] Jeu 23 Oct - 0:37


Sharka le Fourbe, Capitaine Orque de la Main Blanche.

L'insécurité augmente chaque jour, de plus en plus les caravanes innocentes sont attaqués, pillées, chaque jour des villages font l'objet de raids meurtriers de la part des serviteurs maléfiques du Seigneur du Mal. Mais ce que beaucoup attribue à Sauron est en réalité l’œuvre de Saroumane, en effet, la sécurité dans l'Enedwaith n'a jamais été aussi basse et elle ne s'améliore nullement tandis que celle du Rohan, même si les brigands et autres raideurs sont ardemment combattus par les forces de l'ouestfolde et des gués de l'Isen, les marchands se font de plus en plus rares, tout comme les voyageurs d'ailleurs, ces derniers étant souvent très mal vue par les patrouilleurs rohirrims et nombreux sont ceux qui tombent sous les coups des cavaliers de la marche malgré le manque de mauvaises intentions. Car en ces temps de troubles et d'incertitudes, même les peuples libres ne prenaient pas de risques dans les zones sensibles de leurs territoires. Car oui, de nombreuses bandes Orcs parcouraient librement l'Ouestfolde, l'Isen et l'Enedwaith sans être suffisamment traqués, le Roi Théoden agit du mieux qu'il peut contre ces raideurs et il le fait plutôt efficacement même si dit-on, son attention pour les Gués de l'Isen se fait de moins en moins présente, car les raids restent plutôt limités.

Mais tous ne sont pas de cet avis et nombreux sont les aventuriers, rôdeurs du nord ou autres arrogants qui pensent pouvoir arrêter ces raids et obtenir des récompenses de la part des seigneurs locaux et de ceux qui mettent des primes sur certaines bandes, une simple « soif d'or » en soit. Ils ignoraient qu'à quelques kilomètres de là, dans une tour majestueuse, Saroumane le Blanc disposait de trésors inimaginables ? Qu'ils pouvaient gagner bien plus en choisissant son camp plutôt que cette existence futile et vaine ? Non. Ils ignoraient. Au plus grand plaisir des pillards qui collectionnaient les têtes de ceux qui étaient censés les débusquer, car les orques sont bien plus intelligents qu'ont ne pourrait le croire, enfin, leurs leaders. L'un des chasseurs de tête allait d'ailleurs en faire l'expérience, il avait penser pouvoir débusquer une bande d'orques au service de l'Isengard, une des plus redoutables d'ailleurs. Il était là, par terre, un genou à terre, une légère blessure sur le flanc, il avait sans doute penser pouvoir mettre à bas le chef de ses ennemis mais ce dernier était plus redoutable qu'il n'y paraissait, l'orque se tenait là, son visage était recouverte de peinture blanche, signe de sa domination sur ses pairs, ces peintures blanches représentants le « pouvoir » que lui avait délégué la Main Blanche. Son seigneur, maître et dieu... Celui que l'on appelait « Sharcoux » chez ses légions orquines. A côté du capitaine orque gisait un de ceux qui composaient sa compagnie, deux flèches était planté dans son estomac et une autre un peu en dessous de son épaule gauche, visiblement il avait servi de bouclier vivant pour son supérieur, ce dernier c'était débarrassé du corps avant le début du combat et avait pu repousser l'attaque de son adversaire, le blessant sur son flanc droit. Mais il en fallait plus pour élimine un homme déterminé ! Enfin, au vue de son arrogance naturelle et de sa tenue, cet individu n'était pas un homme non, c'était un rôdeur du nord qui avait pensé pouvoir venir sur les terres de Saroumane en toute impunité, sans doute un éclaireur du groupe de rôdeur qui avait massacré une bande de Dunlendings il y a peu, resté dans la région pour la sécuriser mais aujourd'hui, il mènerait son dernier combat :

    [Sharka le Fourbe, Capitaine Orque au service de la Main Blanche] Misérable vermine ! Pensez tu vraiment pouvoir tuer Sharka par surprise ? Le Fourbe n'en ai pas à son premier chasseur, ni à son premier dùnedain, comme vous aimez vous faire appeler ! Tu pensais vraiment pouvoir m'élimine aussi facilement ? Arharharh !
    [Rôdeur blessé, ancien compagnon d'Halbarad] Tu ne sera pas la première créature dont le sang coulera de ma lame ! Et tu ne seras pas la dernière qui subira mon jugement serviteur de Sauron !


Les rires de Sharka continuèrent, s'il connaissait le nom de son véritable maître, nul doute que le rôdeur n'y croirait pas ! Pauvres ignorants que ces hommes. Et pourtant, malgré toutes ces choses qui dépassaient leur entendement, ils voulaient toujours lutter contre les forces du « Mal ». S'élançant en avant, le rôdeur eut l'arrogance de penser pouvoir prendre au dépourvu son ennemi alors qu'il ricanait, mais il avait tord. Un petit bond sur le côté suffit à Sharka pour éviter l'attaque alors que sa propre lame s'abattait sur le bras un peu trop entreprenant du rôdeur qui fut tranché net. Le jeune homme recula dans un hurlement de douleur, ayant porté son autre bras afin de tenter de compresser la plaie au niveau du coude d'où s'écoulait une quantité abondante de sang, il tomba à genou, relevant la tête vers l'Orque qui arborait un sourire moqueur que ses paroles confirmèrent très clairement  tandis qu'il posait son pied sur l'épaule du dùnedain :

    [Sharka le Fourbe, Capitaine Orque au service de la Main Blanche] Pauvre idiot. Tu as peut être réussi à vaincre une bande de ces sauvages à l'aide de tes compagnons, mais tu n'es rien face aux serviteurs de la Main Blanche !


Le visage du jeune humain se décomposa, la Main Blanche ? Mais il aurait bien le temps de réfléchir à cette révélation lors de son voyage vers les cavernes de Mandos ! Car il les rejoindrait bientôt, sentant le pied de l'orque, l'homme fut envoyé en arrière pour se retrouver à terre tandis qu'il entendit le mot « festin » qui sortait de la bouche du capitaine et quel rôdeur ignorait la nourriture des orques ? Il allait connaître la mort la plus horrible qui soit car il avait pensé pouvoir s'occuper d'une bande d'orque en solitaire. Et tandis qu'il se tenait le bras en pleurant lamentablement, les membres du groupe se jetèrent sur lui pour s'offrir un dîner bien mérité sous les yeux approbateurs de leur commandant. Après ce petit festin, la bande d'orques repartit vers l'ouest afin de continuer leurs méfaits, ils pillèrent une caravane le lendemain alors que le soleil se couchait et dévorèrent une partie des membres de cette dernière tandis que les trésors que transportait cette dernière vint grossir celui des orques, bientôt ils retourneraient en Isengard afin de remettre tout cela à leur Seigneur, Saroumane. La bande se remit en route à la quête d'un dernier méfait avant leur glorieux retour sous les yeux de leur maître en espérant l'avoir pleinement satisfait.

/// 55 Lignes \\\
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Masculin
Date d'inscription : 08/10/2014
Messages : 205



Feuille de personnage
Pièces: 1 560 PO
Équipement:
Armée recrutée:

MessageSujet: Re: Une illumination pour une âme perdue ? [PV - Cirion] Lun 27 Oct - 13:05

Depuis plusieurs jours déjà, le voyageur traquait cette bande et jamais il n'avait eu à suivre pareille piste d'orque. Elle était ponctuée d'une bonne dizaine de différences comparée aux autres pistes qu'il avait pu suivre jusque là, et il en avait eu même souvent l'occasion. En Ithilien, durant ses années dans le territoire frontière, il suivait souvent des petits groupes d'orques du Mordor. Ils n'étaient jamais plus de dix, voir quinze maximum, ce qui ne lui rendait pas un travail trop difficile pour les éliminer car en effet, les orques étaient des créatures minables, plus apte à garder des enfants qu'à se battre, et dont le pitoyable sens de l'honneur résidait dans la fuite. Ainsi, ils étaient des proies faciles pour un guerrier expérimenté. Un guerrier comme lui.. Souvent, il les suivait pendant deux trois jours, car ces bêtes se déplacent lentement, et se cachent du soleil. Une fois rattrapé, il les supprimait un à un. Hors, donc, cette piste là se révélait fort différente. En raison des dégâts occasionnés sur leur chemin, à savoir des fermes brûlées ou les occupants avaient mystérieusement disparu, des caravanes pillés, il avait toutes les raisons de penser qu'il s'agissait d'orques. De plus, leurs empruntes étaient similaires à celles déposées par cette racaille, mais là venait la première énigme. Les empruntes étaient plus nettes, plus enfoncées dans le sol, ce qui laissait traduire soit un gabarit plus différent, plus lourd, soit un équipement plus chargé. Ces deux éléments assez atypique chez les orques, qui se contentaient la plupart du temps de râteaux et de fourchettes pour se battre, et qui étaient en général petit et léger. Ainsi, ce premier mystère avait pu éveiller la curiosité du vieil homme. Il n'était rien ajouté au second, car si ces orques étaient plus lourds, ce n'était pas par de la graisse. Il se déplaçait nettement plus vite que le reste de leur espèce, ce qui laissait traduire une force qui leur était jusqu'alors inconnu. Ce deuxième élément n'était pas du tout pour rassure le guerrier tempête qui à présent était fort inquiet. Enfin, ces créatures ne s'arrêtaient pas la nuit, et en ça résidait le plus grand mystère, la plus grand énigme. Ainsi, Cirion avait presque laissé tomber la piste, mais sa curiosité avait été piquée vif et il avait décidé de suivre cette petite troupe. Ils n'étaient pas très nombreux. Une dizaine grand maximum. Sans doute s'agissait il d'une bande de pillard, mais depuis quand les pillards mangeaient ils les fermiers ? Découragé, il fit une halte. A ce rythme, jamais il ne les rattraperait. Les orques étaient partis du nord, de l'extrême nord du Pays de Dun, et avaient fais un détour par l'Ouest. Aussi, Cirion songeait qu'il reviendrait vers l'Est quant il verrait la mer, et il décida donc de couper. Cette décision semblait la plus sage et la plus irraisonné du monde, mais le vieil homme en avait assez de suivre continuellement la piste sans voir la tête d'une de ces immondes créatures apparaître à l'horizon. Ainsi, il décida de descendre jusqu'à l'Isen, et de les attendre dans un petit bois pour être à couvert. Le hasard, ou la chance, voulu que les orques fassent demi tour plus tôt que prévu, et soient ainsi en ce lieu seulement deux jours plus tard. C'était leur voix grossière qui avait alerté Cirion, et aussitôt, il avait réagi. Il avait pris son arc, sa dague, et son épée, et s'était positionné à la lisière de la forêt. Neuf qu'ils étaient. Sans doute certains étaient morts lors des pillages, car ils tiraient une caravane pleine de sac plein.
C'était bien des orques, il ne fallait plus en douter, même si il n'était pas du tout de la même race que ceux du Mordor. Plus grands, plus musclés, et mieux équipés, ces vermines devaient faire partis d'une élite. Aussi, celui qui semblait être leur chef aboya un ordre à deux d'entre eux.


"Aller chercher du bois. Illico !!"

Non sans pester, les deux bêtes s'enfoncèrent dans la forêt. C'était l'occasion parfaite. Satisfait, le vieil homme les suivit, et s'assurant qu'ils étaient loin dans la forêt, et seulement trois, encocha une flèche. Sifflant dans l'air, elle transperça la gorge du premier, et le second, alerté, tira un cor de sa ceinture. Merde. Dans un réflexe dont il ne se serait pas cru capable, Cirion encocha et tira quasiment simultanément. La flèche siffla, explosa le cor en mille morceaux et obligea la créature à souffler dans le vide. Un sourire machiavélique s'étala sur le visage de Cirion devant le ridicule de la scène, mais son tir avait eu un effet malheureux. Celui de révéler sa position. Une flèche siffla près de son oreille. L'orque avait une arbalète. Cirion se mit à couvert par un tronc et attendit calmement. Il encocha, fléchit les genou et se projeta sur sa droite, a mi hauteur. L'orque n'avait pas bougé, et s'était contenté de garder en joue le tronc en question. Les deux flèches se croisèrent dans l'air. L'une frôla la cheville de Cirion, l'autre explosa le crâne de la créature qui s'étala dans un râle sourd et bruyant. Maintenant, il allait falloir agir vite. Il récupéra ses flèches, ainsi que les carreaux d'arbalètes de son ennemi. Puis hissa les carcasses dans les arbres et y grimpa à son tour. Juste à temps. Deux orques arrivaient à nouveau.

"Goruk va les tuer. Çà fait trop longtemps qu'il les attend et la patiente n'est pas son fort"

L'autre acquiesçait mais sa réponse se perdit. Ils venaient d'arriver dans la clairière et les traces avaient disparues. Seules quelques flaques de sang écarlate tâchaient la terre boueuse. L'un se baissa et goûta au sang. Il se releva.

"Du sang orque, évide/"

Une flèche se planta dans son cou, et il s'effondra. L'autre dégaina de suite mais n'eu le temps de faire autre chose que d'entrevoir son assassin. Une nouvelle flèche se figea dans son cœur. Le même manège se répéta alors. Le voyageur descendit des arbres, récupéra ses flèches et hissa les carcasses, puis reprit position alors qu'un nouvel orque arrivait...

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

Goruk n'était pas idiot. Si on le comparait à ses semblables, il semblait même être un génie. Quoiqu'il en fut, quand quatre de ces orques ne réapparurent pas de ces bois, il commença à se douter que quelque chose ne tournait pas rond. Deux idiots, ça existe parmi les orques. C'est même un événement très répandu et assez commun. Quatre faisant la même crétinerie, ça paraissait déjà plus louche. Aussi, fit il lever toutes ses unités et ils se dirigèrent vers les bois, suivant la piste de leur quatre congénères. Ils virent alors que celles ci débouchaient sur une clairière. Alors, le capitaine attrapa son plus nul guerrier et le balança dans au soleil, puis, il examina, assez content de lui, le résultat de son expérience, comme un professeur examinant les réponses de son élève. Une minute plus tard, la bête s'effondra sans qu'il n'en comprenne la cause. Énervé, il faillit se ruer dans la clairière quant il vit une ombre plonger au sol et ramasser quelque chose, avant de tenter de hisser son ancien compagnon de route dans les arbres. Il grogna un "En joue !" et deux de ses dernières congénères sortirent leur arbalètes. Les deux carreaux sifflèrent. L'un se planta dans le ventre de l'orque qui faisait maintenant office de bouclier. L'autre frôla la cheville de l'inconnu, lui déchirant la chair, mais ses réflexes étaient bons. Il balança la carcasse vers l'endroit d'ou provenaient les flèches, et encocha. Une flèche siffla et se logea dans l'un des tireurs orques. Aussitôt, le capitaine se rua dehors. Ils allaient tous y passer dans un duel de tireur. Il dégaina et se rua sur son ennemi qui dégaina à son tour. Avec une aisance qui le surprit, l'inconnu para son coup sur le flanc droit et attaqua aussitôt. Goruk eu tout juste le temps de parer les deux prochaines attaques que la troisième lui coupa le pied gauche et qu'il s’effondra. Mais sans attendre l'ordre, les deux autres orques étaient venu au secours de leur capitaine, et à un contre deux et demi, le combat devenait inéquitable. Cirion bondissait entre les frappes des deux bêtes continuellement, jusqu'à ce qu'il aperçut le capitaine qui prenait la fuite. Il n'avait plus le temps de jouer a cache cache désormais. Il ne pouvait attendre les erreurs de ses ennemies. Il faudrait prendre le taureau par les cornes et prendre les devants. De son épée, il para le coup du premier, et tirant sa dague, il para le coup du second. Puis, il pivota sur lui même, en une sorte de tornade. La dague tenu de sa main gauche écarta la lame du second orque, puis l'épée vint décapiter la bête tandis que la dague revenait pour parer le coup du premier. Le combat était fini. En quelques coups, et d'un moulinet, il désarma son dernier adversaire et lui planta sa dague dans le cou. Le capitaine avait disparu de son champs de vision. Sans doute retournait il au campement, mais avec un pied en moins, il serait vite rattrapé. En quelques foulées, il le vit. Il arrivait au camps ou un grand loup l'attendait. Le guerrier tempête encocha, et sa flèche s'enfonça dans le dos de Goruk, qui périt ainsi mais le warg gardait les yeux fixés sur la forêt, une lueur folle dans le regard. Cirion encocha, et sa flèche vint se figer entre les deux yeux de la bête. Mais celle ci ne s’affala pas sur le sol. Au contraire. Repérant la provenance des flèche, elle se rua vers le voyageur et en quelques bonds étaient déjà sur lui. Sa patte gauche vint frapper Cirion au crâne mais le casque encaissa le choc, et a moitié sonné, Cirion fut projeté deux mètres plus loin. Puis, elle revint à la charge, mais cette fois, il avait anticipé. Il bondit, s'accrocha à une branche et retomba a califourchon sur la créature. Il lui enfonça sa lame entre les oreilles, et cette fois ci, la monture de Goruk s'effondra. Ôtant son casque, le jeune homme remarqua que sa peau se tâchait de bleu à l'endroit ou il avait été touché. Dans un grognement, il remit le casque bélier sur sa tête, et partit récupérer ses flèches. Puis, il examina le trésor. Les sacs étaient pleins d'or. Il devait y avoir un sacré butin. Il prit alors trois sac, et les hissa dans les arbres. Il reviendrait peut être les chercher un jour si il était dans le besoin d'or. Puis, il mangea à sa fin le soir, et reprit la route le matin, l'esprit, au clair.

Ce ne fut qu'après cinq jours de marche qu'il tomba sur des traces similaires tout à l'Est du Pays de Dun. Elle se dirigeait vers le sud, mais les orques n'avaient une avance que de quelques heures sur lui, et ne semblaient pas pressés en tout cas. L'interrogation lui vint alors. Il n'était pas rare de croiser une bande d'orque sur des terres en ces temps douteux. Mais deux compagnies sur la même semaine, l'événement était notable. De plus, les orques semblaient amassés des fortunes. Sans doute un orque plus malin et plus fort que les autres avait réussi à unifié plusieurs hordes, mais la qualité de leur équipement portait à l'alarme. Sans doute cette idiot s'était constitué une petite armée, et le premier pays en ligne de mire, c'était le Rohan. Une fois qu'il aurait supprimer ceux là, Cirion irait prévenir Theoden, que des orques se rassemblaient dans Methedras, les montagnes. Au bout de quelques heures de marches, les traces s'arrêtèrent en un campement que les orques avaient délaissés une demi heure plus tôt, sans doute. Du sang s'étalait partout sur le sol. Une bagarre ? Ce ne serait pas surprenant, quant on associait pareilles créatures ensembles, mais il fallait en avoir le cœur net. Examinant la scène, distingua des habits trop noble pour les orques. Ils étaient déchirés en lambeaux et couvert de sang. Portant un doigt, il porta le sang à ses lèvres. Ce n'était pas du sang orque. Sans doute, un humain, comme lui, avait tenté de surprendre les orques, et y avait laissé sa vie. Cela ajoutait une raison supplémentaire de tuer cette troupe, voir deux. La vengeance, et en prime, elle semblait particulièrement féroce. Le voyageur reprit alors son voyage, et il lui fallut encore deux heure pour débusquer sa proie. Les orques étaient plus nombreux cette fois ci. Il allait falloir être prudent, et ne pas commettre la même erreur que la dernière fois. Une quinzaine de ces créatures s'arrêtaient près d'un bois pour la pause, et s'étaient fais dans l'idée de faire un bon feu.
Cirion sourit. L'histoire semblait se répéter. Il s'enfonça dans les bois, et attendit ses premières victimes. Trois orques débouchèrent alors sur la clairière ou les attendait Cirion, au couvert de arbres. Ils riaient de leur immonde voix, les bras chargés de bois mort. La flèche siffla, et se planta dans le cœur du premier. Les deux autres laissèrent tomber le bois avec un sourire et l'un sortit son cor. Une flèche lui transperça l’œil, mais le dernier avait repéré la provenance des traits. Il se rua vers la cachette. Cirion encocha, tira, mais échoua. La flèche frôla le crâne de la créature qui avait fais un bond sur le coté, et se perdit dans les arbres. L'orque était sur lui. D'un mouvement fluide et gracieux, Cirion esquiva le coup circulaire en se baissant, et dégainant sa dague, la planta dans la hanche de la bête qui hurla, mais parvint à garder son équilibre. Cirion eu tout juste le temps de sortir son épée (sa dague étant resté planté dans le ventre de l'orque) pour parer la coup mortel qui plongeait vers sa tête. Puis, il contre attaqua. Ses coups rapides, vifs, et bien placés, face à un adversaire plus faible et épuisé par sa blessure lui apporta vite la victoire. D'un geste fort, Cirion frappa dans al lame de son ennemi qui alla se planter dans un tronc, pour ne plus en ressortir, et alors que la créature tentait pitoyablement de récupérer son épée, celle du voyageur lui ouvrit le crâne en deux, mais nul sourire ne vint égayer cette victoire. Le hurlement de l'orque avait dut attirer ses congénères, et le vieil homme ne disposait que de très peu de temps. Par chance peut être, il était passé inaperçu mais sans doute leur chef enverrait très bientôt d'autres sbires. Aussi, Cirion rengaina son épée, récupéra sa dague, et tira son arc. Le cœur battant, il attendit, prêtant oreille...


/116 Lignes/

_________________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Masculin
Date de naissance : 20/12/1998
Date d'inscription : 27/09/2014
Age : 18
Messages : 120



Feuille de personnage
Pièces: 16 500 PO
Équipement:
Armée recrutée:

MessageSujet: Re: Une illumination pour une âme perdue ? [PV - Cirion] Jeu 30 Oct - 19:15


Sharka le Fourbe, Capitaine Orque de la Main Blanche.

Malgré leur divertissement précédent, les orques étaient pressés de ramener leur butin auprès de la Main Blanche et plus particulièrement Sharka qui voulait nul doute s'attirer les faveurs du Magicien Blanc, de son « dieu ». Mais malgré cette envie urgente de ramener les nouveaux trésors qu'ils avaient amassés jusqu'à Orthanc, il ne pouvait pas parcourir d'aussi grandes distances qu'il le voudrait et ses forces étaient désormais fatigués, sa bande était plutôt importante, en tout près d'une trentaine d'orques constituait ses forces, le remplissant de fierté. Néanmoins, il dut se résoudre à faire une halte non loin d'un petit bosquet dans la Trouée du Rohan car il y avait un désavantage à ses forces plus importantes : elles étaient moins rapides dans leurs déplacements, c'était d'ailleurs pour ça que de nombreux aventuriers et rôdeurs avaient déjà voulus s'en prendre à eux, les pauvres malheureux.

Un peu avant leur arrivée au bosquet, il envoya la moitié de sa troupe à la recherche de viande fraîche, humaine, animale, peu lui importait du moment que c'était de la nourriture comestible et qui remplirait les estomacs de ses forces pour le lendemain car oui, ils devraient aussi se reposer après cet éprouvant voyage à travers l'Enedwaith et les combats qu'ils avaient menés. Arrivés sur le lieu de halte, il envoya trois de ses orques rapporter du bois afin de faire un feu suffisant pour la nuit et de quoi cuire la nourriture car même s'ils étaient des orques, de la viande cuite restait appréciable. Sharka se mit alors à aiguiser sa lame tandis que le petit groupe partait en ricanant sans doute plaisantait-il sur le rôdeur de tout à l'heure ou sur leurs méfaits passés. Deux autres orques se mirent à chanter, car oui, la culture orque même si elle était méprisée par de nombreuses races restait une des plus riches cultures de la terre du milieu, une culture ancestrale plus vieille que celle des hommes. Et tandis que les chants orques remplissait la petite clairière qui leur servait de lieu de repos, d'autres orques eux se racontaient des blagues orquines, déclenchant des rires sonores et ô combien désagréables pour qui n'était pas orque, un autre de leurs congénères dont du sang noir s'écoulait d'une blessure subissait des soins de la part de ce qui pourrait s'apparenter à un « soigneur » ou encore un « chaman ». Une vraie petite tribu que voilà ! Une tribu dont trois membres mettait un peu trop de temps à effectuer la tâche qui leur avait été affecté, beaucoup, beaucoup trop de temps. Et cela lui rappelait une histoire qu'il avait entendu, une bande d'orque qui avait été tué par la ruse d'un lâche et Sharka n'était pas dupe, ses orques étaient parmi les meilleurs et ils c'étaient déjà arrêtés ici de nombreuses fois, il fallait être idiot pour penser vaincre ainsi Le Fourbe ! Car nul n'était plus fourbe que lui et il fallait être fou pour penser pouvoir l'éliminer aussi facilement. Son impatience disparue au même moment où un couinement d'orque raisonna dans le bosquet, tel une masse uniforme, tout les orques cessèrent leurs activités et dégainèrent ou récupérèrent leurs armes. Les dix sept orques restants se précipitèrent dans le bosquet et tandis que sept d'entre eux passèrent par les flancs afin de se cacher dans les buissons et autres cachettes forestières, Sharka et dix de ses compagnons s'avancèrent par la clairière afin de retrouver deux cadavres de leurs frères qui rentraient de leur métier de bûcheron. Lâchant un hurlement de rage pour exprimer sa colère mais également attirer l'attention de l'assaillant, le capitaine orque hurla à son attention :

    [Sharka le Fourbe, Capitaine Orque au service de la Main Blanche] Un de nos amis rôdeurs est de retour, visiblement le sort que j'ai réservé à ton frère n'était pas suffisant ! Allez, montre toi petite créature insignifiante ou alors n'aurais tu aucun courage ? Tu as peur de moi vermine ? Allons, montre ton visage et cesse de te cacher dans ces fougères !


Le capitaine n'avait pas peur non et si son adversaire était assez stupide pour tenter de lui décocher une flèche, ce qui l'attendrais par la suite lui ferait bien vite regretter son action. Enfin, un homme assez fou pour traquer une bande orque aussi importante que la sienne était soit inconscient, soit accompagnés.

/// 36 Lignes \\\
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Une illumination pour une âme perdue ? [PV - Cirion]

Revenir en haut Aller en bas

Une illumination pour une âme perdue ? [PV - Cirion]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» SOS POUR NOUNOURS Border Collié (57) Sarrebourg
» BADMOONZ 3000 pts pour tournoi Haguenau 2010
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire
» Le Royaume perdu d'Arnor

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Seigneur des Anneaux RPG : L'Âge des Héros :: L'Isengard et le pays de Dùn :: Pays de Dùn-