Le Seigneur des Anneaux RPG : L'Âge des Héros

    Les Ouvriers de l'Isengard.

    Partagez
    avatar
    Saroumane le Blanc

    Masculin Date de naissance : 20/12/1998
    Date d'inscription : 27/09/2014
    Age : 18
    Messages : 120

    Feuille de personnage
    Pièces: 16 500 PO
    Équipement:
    Armée recrutée:

    Les Ouvriers de l'Isengard.

    Message par Saroumane le Blanc le Mer 22 Oct - 17:27

    La guerre menace de s'abattre sur la Terre du Milieu chaque jour qu'Eru fait. Et ce ne sera nullement Sauron qui sera pris par surprise par cette guerre soudaine, non. L'Ennemi se prépare depuis des siècles à la dernière grande guerre qui l'opposera aux hommes, là où ces derniers se prélassent en se pensant invincibles et en sous estimant Sauron, lui, au contraire ne craint nullement ses faibles ennemis. Oui, car chaque jour le grand œil gagne en puissance, bientôt, même l'union des peuples libres ne pourra rien faire face à une telle puissance qui grandit chaque jour et qui gagne des fidèles au fur et à mesure qu'elle gagne de la puissance. Même les plus sages de la Terre du Milieu sont tombés sous le joug de l'Unique, Saroumane le Blanc, le plus grand et le plus sage de son ordre, une des plus puissantes entités de la Terre du Milieu est tombé sous l'emprise de Sauron. Le Magicien Blanc a été corrompu par sa soif de savoir et de pouvoir, son arrogance l'a conduit à regarder, il y a seize ans maintenant dans le Palantir d'Orthanc afin de voir les secrets que cette boule de cristal pouvait refermer. Mais cet acte précipita sa chute, le peu de Bien qui restait en lui fut chassé par celui qui contrôlait depuis longtemps le réseau des pierres de visions et Saroumane plongea définitivement dans le Mal, sans retour en arrière possible. Communiquant avec Sauron grâce à sa nouvelle maîtrise sur son Palantiri, les deux Maiars créèrent l'Union des Deux Tours afin de défaire définitivement les peuples libres, Saroumane recevait comme charge de détruire le Royaume du Rohan, ces paysans et leurs maisons de bois et de pailles tandis que Sauron allait détruire une bonne foi pour toute le Royaume du Sud, l'antique Gondor qui l'avait autrefois mis en débâcle et qui l'avait écrasé au Dagorlad. Muni de son « pantin » Istari, les plans du Seigneur des Ténèbres continuaient leur irréfrénable avancée et la guerre totale éclatera bien plus tôt que les peuples libres ne le croient, bien plus tôt que le Conseil Blanc ne le pense et personne ne sait ce qui adviendra du monde des hommes après un tel conflit.

    Mais du haut d'Orthanc, le Magicien Blanc est sûr de lui, l'Isengard ne sera bientôt plus ce qu'elle fut autrefois, des beaux jardins il ne resta plus rien, remplacé par des trous à orques, des cavernes sombres et humides abritant des Uruk-Hai, forges souterraines tournant à plein régime de jours comme de nuits. De l'air pur et frais il ne resterait plus que la fumée sombre qui s’élèvera des fonderies Isengardienne, la chaleur étouffante du métal en fusion et la douce brise du vent sera remplacée par le fracas des armes forgées, par les grognements des créatures Isengardiennes, par les cris de terreurs des prisonniers de Saroumane. De la beauté de la nature il ne restera plus que l'Industrie. Car tel est l'avenir, l'avenir appartient à l'Industrie, à la Technologie de Saroumane. Ces deux éléments qui lui permettront de dominer la Terre du Milieu, car Sauron n'est qu'un allié nécessaire pour le moment mais il ne pourra régner avec un tel être non, la seule alternative pour la terre du milieu est de rejoindre le maître d'Orthanc. Lui seul pourra vaincre celui qui résiste déjà depuis des millénaires aux tentatives de le vaincre. Mais les plans de Saroumane ont besoin de main d’œuvre, il faut des créatures insignifiantes pour pouvoir bâtir cette œuvre, des créatures serviles pour entretenir ce projet titanesque et une seule race peut remplir parfaitement cette tâche : Les Orques. Ou plus précisément, leurs cousins Gobelins et autres Orques de bas niveau. Sauron les utilise à tout les échelons de son armée, que ce soit comme esclaves, comme guerriers, comme commandants ou comme simples ouvriers. Saroumane a déjà ses propres projets pour son armée, une armée qui surpassera largement celle de Sauron en terme de qualité et probablement à long terme, en nombre.

    Des Orques résident déjà secrètement en Isengard et aux alentours, soumis à la volonté de Saroumane mais ils sont bien trop peu nombreux pour représenter une l'utilité tant attendue par le Magicien Blanc. L'un des principaux atouts d'Orthanc est qu'elle fut bâtie non loin des Monts Brumeux, ces mêmes Monts qui ces derniers grouillent d'innombrables légions gobelines qui s’entre tue entre elles pour le pouvoir car oui, les Orques ne sont guère futés et il n'est pas rare que leur leader change à de maintes reprises au court d'une petite année. Il leur faut un leader fort et puissant qu'ils suivraient en toute circonstance, Sauron a su discipliner ses légions par la peur mais son pouvoir faibli et seul les légendes peuvent encore faire de lui une divinité. Saroumane lui est au summum de sa puissance, il serait capable de vaincre n'importe quel autre créature de la terre du milieu et grâce à son pouvoir, il s'affirmera sans aucune difficulté sur ces vermines qui peuplent les cavernes des Monts Brumeux. Saroumane avait déjà envoyé ses éclaireurs afin de connaître les positions des gobelins, ces derniers n'étaient guère très discrets et il ne fut nullement difficile pour les éclaireurs affûtés de la Main Blanche à retrouver de nombreuses caches Orques de la région. C'est suite à ces rapports que le Magicien Blanc quitta sa majestueuse tour et ses magnifiques jardins, à pied. En effet, en temps que Maiar, Saroumane disposait d'une endurance nettement plus importante que les misérables mortels qui peuplaient cette terre à foison, il pourrait également plus facilement écraser toute résistance à sa puissance en étant à pied et en temps qu'immortel, il n'était nullement pressé et pouvait prendre tout le temps qu'il désirait afin de voyager jusqu'à sa destination. Toutes ses justifications pourries afin d'éviter de dire la terrible réalité : l'Isengard est en crise et les chevaux coûtent chers, très chers. Le voyage dura presque qu'une journée jusqu'à la première destination de la quête de Saroumane, une quête à la recherche d'esclaves et de serviteurs pour ses plans à venir, le soleil c'était couché depuis peu, permettant ainsi aux vermines gobelines de se montrer, le magicien blanc s'avança donc face à l'entrée de la grotte, cette entrée sombre cachant probablement toute une série de galeries souterraines où vivaient des centaines de gobelins et d'orques crasseux ayant soif de sang et de pillage malgré leur vulnérabilité flagrante. Saroumane décida de parler d'une voix naturelle, bien que la puissance de sa voix avait été volontairement augmentée afin de raisonner dans tout les tunnels que pouvait contenir ces habitations orquines, il ne l'avait nullement ensorcelé et c'était contenté de parler comme un homme :

      [Saroumane le Blanc, Maître de l'Isengard, Chef du Conseil Blanc et Dieu des Uruk-Hai] Créatures de l'Obscurité, vermines des cavernes. J'exige de voir immédiatement votre seigneur, celui qui dicte vos actions et qui gouverne ces lieux humides qui vous servent de demeures. Viens à moi, toi qui prétend à la domination de ces terres.


    La voix de Saroumane avait interrompu le silence pensant de la nuit et sitôt que ses paroles furent prononcés, le silence redevint maître de la nuit. Mais rapidement, la domination de ce dernier fut mise à mal par des bruits en provenance des profondeurs de la terre, des grognements, des hurlements, une faible lumière commençait à émerger doucement du tunnel qui faisait face au chef du Conseil Blanc. Une chose était sûre : l'intervention orale du Magicien Blanc avait réveillé quelque chose et cette chose se rapprochait à grands pas de sa position mais il n'avait pas peur non, car il était un Istari, un Maiar, une des plus puissantes créatures de cette terre, si ce n'est la plus puissante ! Finalement, ils finirent par ce montrer telle une marée, des orques sortirent par le trou puant par dizaines, se massant face à Saroumane, celui qui semblait leur chef s'avança de son air menaçant et arrogant avant d'agiter son épée rouillée de mauvaise qualité en montrant ses dents pointus et jaunâtres au Magicien avant de s'exprimer de sa voix fourbe et grossière :

      [Chef Orque des Monts Brumeux] Qui ose s'aventurer sur nos terres ? Qui ose provoquer ma colère ? Qui donc pense pouvoir venir sur ces terres et déranger le sommeil des terribles orques qui vivent ici et qui détruisent toute vie qui ose nous défier ? Réponds misérable ou ma lame tranchera ta gorge !
      [Saroumane le Blanc, Maître de l'Isengard, Chef du Conseil Blanc et Dieu des Uruk-Hai] Nul envie de défi ne m'amènes ici. Je viens ici afin de te proposer une offre des plus intéressantes, je suis Saroumane le Blanc, Maître d'Orthanc et la raison de ma venue est simple : l'Isengard se réveille et le besoin de serviteur se fait ressentir. Soumets toi à moi et tu garderas ton pouvoir sur les tiens, refuse, et tu périras.


    Mais les Gobelins étaient indisciplinés, des siècles à vivre dans l'obscurité et sans figure suffisante d'autorité, ils avaient sombré dans l'anarchie la plus totale et il n'existe plus qu'un seul moyen de les soumettre, un moyen que Saroumane allait visiblement devoir utilisé au vue du rire qui s'échappait de la gorge du chef Orque. En effet, alors que le rire de la vermine se calmait, se dernier arbora un immonde sourire si particulier aux orques et jeta un coup d’œil sur le côté de Saroumane. Pensait-il vraiment pouvoir par surprise un Istari ? En effet, ce dernier avait déjà remarqué la dizaine de gobelins qui c'étaient amassés sur ses côtés et qui n'attendaient qu'un signe de leur leader pour se jeter sur celui qui était venu leur offrir un « honnête » travail. Et ce signe v int finalement avec le large sourire arboré par leur chef, il ne leur fallut pas plus et les vermines s'élancèrent sur Saroumane, certains arrivaient à quatre pattes, comme de vulgaires animaux, d'autres avaient choisis de se servir du terrain rocailleux pour prendre de la hauteur et se jeter sur lui, d'autres au contraire avait choisi la charge plus classique. Mais peu importe leurs efforts pour optimiser leur attaque, ils furent réduits à néants par un simple contact du bâton magique avec le sol qui déclencha une légère onde de choc conformément à la volonté de son déclencheur, certes pas assez puissante pour faire bouger la masse grouillante qui lui faisait face mais nettement suffisante pour expulser les dix vermines qui voulait s'en prendre à lui, certains furent simplement propulsés en arrière pour s'écraser un peu plus loin, d'autres, « aidés » par leur position en hauteur eurent moins de chance et stopper en plein vol, ils allèrent s'écraser sur des cailloux, leur arrachant un râle d'agonie.

    Voyant l'échec de ses sbires, l'orque eut un grognement de colère et fit signe à deux de ses serviteurs de s'attaquer de nouveau au magicien, ce dernier les laissa approcher. Le premier fut sans doute le moins chanceux puisque Saroumane posa le bout de son bâton sur son torse, le stoppant non seulement dans sa course puis le propulsant un peu plus loin, sur l'entrée de la grotte, sa carcasse agonisante tomba alors dans la masse de gobelin, manque de chance, ses compères le jugèrent trop faibles pour être sauver et se mirent à le dévorer vivant, se partageant les bouts de son corps. Le second gobelin lui reçut un simple coup de l'arrière du bâton sans aucune intervention magique mais d'une force suffisante pour le mettre à terre en le faisant couiner. Pensant la vigilance de Saroumane mis à mal par les deux misérables vermines, le chef orque choisit lui aussi de passer à l'attaque mais alors qu'il allait porter son coup, une force invisible s'empara de lui et le souleva dans les airs à quelques mètres du sol, lui arrachant des plaintes à l'égard de son agresseur :

      [Chef Orque des Monts Brumeux] Sorcellerie ! Tu penses vraiment que tes tours de passes passes te sauveront ? Vermines ! Ecrasez le ! Massacrez le ! Qu'est ce que vous attendez pour défendre votre seigneur ?


    Il n'eut aucune réponse approbative de la part de ses anciens serviteurs, non, seuls des grognements si habituels chez les Orques se firent entendre. L'arrogance du chef disparut soudainement et son regard implora plus la pitié de Saroumane, toute envie de le menacer avait disparu. Mais pensez t-il vraiment qu'il allait vivre après un tel affront ? Non. Le monde des Orques était cruel et la pitié n'existait pas, c'était une occasion rêvée pour le Magicien Blanc de prouver qu'il ne pardonnait pas, qu'il n'y avait qu'une seule alternative à la mort : le servir. D'un simple geste de son bâton, l'orque fut propulsé contre la paroi de la montagne, le bruit des os se brisant à cause de la force de l'impact furent clairement entendu par la masse de gobelin qui se jeta sur le cadavre à peine celui ci toucha le sol. Ces Orques étaient pires que les pires des barbares humains, une arme redoutable à n'en point douter. Saroumane fit signe à un Orque de venir à lui, lui demandant son nom puis annonça :

      [Saroumane le Blanc, Maître de l'Isengard, Chef du Conseil Blanc et Dieu des Uruk-Hai] Horcar, tu es désormais un serviteur de la Main Blanche. Comme tout ceux qui peuplent ces cavernes, rassembles une cinquantaine des tiens, vous serez désormais des contremaîtres de l'Isengard. Préparez vous à mon appel, Préparez vous à servir la Main Blanche. CAR VOUS ETES DESORMAIS DES SERVITEURS DE L'ISENGARD ! SERVEZ MOI DES AUJOURD'HUI OU PERISSEZ COMME VOS FRERES !


    Le pouvoir de sa voix suffirait à dompter les faibles esprits des gobelins, désormais, Saroumane avait à sa botte une main d’œuvre bon marché qu'il lui sera facile de sacrifier si besoin est et que la perte n'aura qu'une incidence minime sur ses plans, car ces monts grouillent de Gobelins et il n'aura guère de mal à obtenir une main d'oeuvre plus importante, car les simples actes qu'il venait de faire avait montré à toutes les vermines de cette partie des Monts Brumeux que le magicien Blanc était l'être le plus puissant qu'ils n'ont jamais rencontré. La guerre approche et l'Isengard s'y prépare.

      La date/heure actuelle est Mer 20 Sep - 9:20