[Quête de Grade] La chute de Gaerag le Vicieux
RSS
RSS





 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesrèglementS'enregistrerCarte du jeuConnexion



Partagez|
Moloch le Cruel
Afficher Infos
Masculin Date d'inscription : 06/10/2014
Messages : 56

Feuille de personnage
Pièces: 4 860 PO
Équipement:
Armée recrutée:
Message[Quête de Grade] La chute de Gaerag le Vicieux Mar 21 Oct - 22:29
Dans le RP précédent

==La Chute de Gaerag le Vicieux==

Acte I: Soulèvement d'un soldat.

Sous un ciel baigné d'une obscurité sans fin, le Plateau de Gorgoroth n'avait que pour luminosité la lumière rougeoyante de la Montagne du Destin; entourée par plusieurs centaines de torches disposées par les légions du Seigneur Ténébreux. Alors que Moloch s'avançait à travers ce lieu morbide, (on ne l'appelait pas "Lieu de l'Extrème Horreur" pour rien), il aperçu enfin le capitaine Gaerag. Celui-ci de sa petite taille était, comme prévu, situé sur une large estrade couverte de sang de traîtres, d'esclaves ou d'autres victimes des terrifiants Orques de Sauron.

Néanmoins, avec un minimum de réflexion, on pouvait très bien comprendre l'idéologie qui guidait toutes ces actions. Une sorte d'anarchie mêlant de l'autoritarisme et bien-sûr une forme d'élitisme. Dans la société Orque, seuls les plus forts survivaient. Les plus faibles étaient généralement considérés comme de la chair à canon. Moloch comptait bien prouver qu'il était dans le camp des victorieux de par cette prise de pouvoir violente, certes, mais efficace.

Alors que lui et "ses" hommes s'introduisirent au sein même des baraquements Orques, Moloch en profita pour se fondre dans la masse et écouter le discours de son officier:


-Hey, bande de rats ! Je suis le capitaine Gaerag le Vicieux. Je suis affecté à Minas Morgul au service du Roi-Sorcier d'Angmar en personne ! Vous en avez marre de la crasse de cet endroit ? Je suis prêt à accepter toutes les candidatures possibles pour ceux qui désireraient se voir introduire dans ma légion. Attention, les faiblards risquent pas d'faire long feu ! Alors, réfléchissez bien avant de foncer tête baissée...N'oubliez pas que ce sont  ceux qui se jettent en première ligne qui meurt les premiers au combat !

Un Olog-Haï se releva, faisant trembler le sol autour de lui.

-Hé ! Z'avez plus d'viande à Morgul ? Ici on crève d'faim, ces satanés Rôdeurs du Gondor ont sacqués not' dernier ravitaillement en chair fraîche pas loin d'la frontière !

-Dans ma légion, vos récompenses seront proportionnelles à vos actes au service du Grand-Oeil ! Mentit le semi-Orque.

Gaerag était un fourbe et un vicieux et se gardait bien de camoufler une grosse part de la vérité, son commandement était cauchemardesque, sa répartition des ressources vitales étaient généralement très inégale et il favorisait davantage ceux qui se la jouaient: "Espion" et qui étaient apte à surveiller les soldats ayant, étrangement, la curieuse idée de vouloir réformer le système de commandement de la légion. Moloch savait qu'en étant l'instigateur du plus grand attentat que connaîtrait Gaerag, il s'exposait à de gros risques...Mais, dans l'armée du Mordor, il fallait de temps à autres prendre quelques initiatives pour le bien de tous. Et bon...Moloch ne comptait vraiment pas mourir en simple soldat, il n'était pas destiné à cela.

Le capitaine Gaerag continua son vulgaire discours mettant en avant les "avantages" à servir au sein de la Tour de la Sorcellerie. L'avantage de ce lieu est qu'il offrait un accès plus ou moins isolé vers le territoire des "Peuples Libres", Moloch en était conscient, si il espérait vouloir servir Sauron à travers la Terre du Milieu, être affecté à Minas Morgul était très certainement le meilleur moyen de le faire. De plus, sous la régence des Nazgûls, les troubles provoqués par l'avidité des Orques se faisaient plus rare et généralement, tout ceux osant ne pas obéir aux ordres, finissaient criblés de flèches. Leur cadavre était ensuite jeté dans le Morgulduin. Cette rivière verdâtre qui offrait ses reflets de la même couleur à Minas Morgul.

Moloch jeta un vif regard en direction de ses disciples infiltrés un peu partout dans l'endroit, une large tour de garde abritait, en réalité, un archer qui allait s'occuper de prendre par surprise le premier garde du corps. Concentré mais pas suffisamment, le second loyaliste de Gaerag serait plus ou moins rapidement neutralisé d'un coup de poignard dans la gorge. Gaerag lui semblait porté par son récit, il n'aurait pas le temps de prévoir un plan de secours au cas où les choses tourneraient mal.

Le Cruel prit soudainement la parole, coupant Gaerag en plein discours:

-Orques de Gorgoroth ! Je prend le pouvoir ! Renversons tous ensemble cette limace qui ose prétendre au grade de capitaine ! Rébellion !

En un fragment de seconde, les créatures s'enflammèrent, se jetant sur l'estrade de Gaerag, celui-ci n'eut même pas le temps de demander à l'un de ses gardes du corps de les arrêter, que celui-ci fut transpercé d'une flèche dans la tête. Le second, réussit à abattre deux Orques mais ne parvint pas à survivre au troisième qui se jeta sur lui, plongeant sa dague profondément dans sa gorge. C'est dans cette ambiante chaotique que Moloch réussit à traverser la horde de guerriers et à se diriger vers son ex-officier. Leur regard se croisèrent et voulait faire des dernières minutes de sa vie, un baroud d'honneur, Gaerag annonça:

-Alors, c'est toi ! Misérable larve blanche, j'aurais du te tuer bien plus tôt...Je pensais que ta vie serait écourtée lors d'une mission...Mais je vais devoir te raccourcir d'une tête moi même on dirait ! Bande de traîtres, écartez-vous...Ceci est un duel !

Moloch rétorqua d'un ton égal, dégainant sa masse:

-Faîtes ce qu'il dit, laissez-le moi...Gaerag, ton commandement est terminé ! Ta légion deviendra mienne, sale chien puant !

Une trentaine de pas séparaient les deux adversaires, qui descendirent de l'estrade, leur zone d'affrontement était délimité par un large cercle de créatures qui observaient la scène. Moloch s'avança vivement, alors que Gaerag s'amusait à exécuter quelques pas de côtés pour s'échauffer, prouvant ainsi qu'il avait un semblant de maîtrise. Il cracha son venin à nouveau:

-As-tu oublié qui j'étais, Moloch ? Sais-tu qui JE SUIS !

-Rien qu'un mort de plus sur ma liste...

La longue pique de Gaerag fusa, mais Moloch en cueillit la pointe sur le bord de son arme, la repoussa de côté et renchérit sur le capitaine en déchaînant sa masse qui tournoyait sans cesse, retombant au sol ou dans le vide. Gaerag avait la chance d'être vif et agile. La pique fusa à nouveau, Moloch coupa, Gaerag ne la retira que pour la darder derechef par la suite. Le métal couina contre le métal quand la masse dérapa sur la poitrine de Gaerag, lacérant son surcot et marquant, l'acier noir de son armure d'une longue griffure brillante.

-N'y penses même pas ! articula le semi-Orque-Gobelin. Gaerag le Vicieux, ne mourra pas aujourd'hui !

Moloch poussa un grondement. Fonça pesamment pour éclater la tête. Gaerag esquiva sans peine, mais dérapa légèrement sur le sol ce qui le déséquilibra l'espace d'une seconde. Le Cruel profita de ce moment de faiblesse pour briser la lance en deux, d'un coup robuste. Désarmé, Gaerag recula, à bout de souffle. Il jeta les deux morceaux de lance à terre et sortit une dague orque de bonne qualité. La maniant plutôt facilement, il réussit à taillader le genou de Moloch qui posa celui-ci au sol, à cause de la douleur intense. L'Uruk lâcha son premier gémissement, il faiblissait à son tour. Gaerag pivota sur lui même avec une vivacité de félin et se jeta de tout son poids sur l'immense masse de muscle que possédait Moloch. Celui-ci fut renversé dans la boue. Alors que le capitaine se redressa au dessus de lui. Gaerag posa un pied sur la poitrine du renégat annonçant d'une voix tremblante à cause de l'effort:

-Voyez ! Voyez ! Jamais personne ne renversera Gaerag le Vicieux, retournez à vos postes ! Je suis et resterais capitaine de cette légion !!!!

Mais, soudainement, la main de Moloch jaillit et agrippa le Semi-Orque derrière le tibia. Moloch resserra l'étau et fit tomber l'officier.

-Tais-ta grande gueule, tu pensais réellement pouvoir me vaincre ?!

De ses bras colossaux, Moloch souleva le corps fébrile de Gaerag le jetant par la suite, à nouveau, au sol. Gaerag retomba à travers sa propre arme. Le capitaine essaya de se relever. Mais la pique l'avait percé de part en part, et elle le clouait au sol. Il reploya ses doigts dessus et, en gémissant, tâcha de l'arracher, mais il n'y parvint pas. C'est à ce moment-là, que Moloch pressa le crane de l'officier entre ses mains. Il lui enfonça dans les yeux, ses griffes d'Uruk. Puis, quand il brandit son énorme poing, le sang qui barbouillait sur celui-ci exhala comme une vapeur dans le matin froid. Le bruit d'écrasement fut abominable. Après quelques secondes d'effort, Moloch finit par littéralement arraché la tête de Gaerag du reste de son corps. Les jambes du de feu officier tremblaient à cause des nerfs qui s'agitaient pour la dernière fois. C'est à ce moment-là, que le Grand-Oeil du haut de Barad-Dur posa son regard sur Moloch. Celui-ci soulevait la tête de Gaerag fièrement poussant un rugissement typique de tout mâle dominant. Les Orques autour l'acclamèrent ! Le cercle se déforma rapidement à cause des nombreux Orques, visiblement affamés, qui se ruèrent sur le cadavre de Gaerag pour s'en repaître. Les intestins volèrent, les organes éclatèrent sous des mâchoires difformes et les os furent rongés sans la moindre de forme de respect sur la dépouille de Gaerag.

Acte II: Avènement d'un capitaine.



Deux jours plus tard, le grade de capitaine fut octroyé à Moloch qui avait renversé de façon héroïque son officier corrompu par son avidité personnel et sa paranoïa permanente. Le Cruel hérita d'une armure en guise de symbole de ses nouvelles fonctions. Elle était constitué d'un acier solide et sombre typique des troupes du Mordor. Robustesse et légèreté s'était alliée pour offrir au porteur de cette armure, une puissance optimale dans toutes les situations possibles.

Armure de Capitaine:
 

Sur son sombre trône, le nouveau capitaine observa avec grande attention ses nouveaux effectifs assignés par "l'élite" afin de répondre aux exigences du Seigneur des Ténèbres. Il éleva la voix:

-Beaucoup d'entre vous me connaisse depuis la chute de mon prédécesseur, ma promotion au rang de capitaine n'est pas une victoire personnelle, non, c'est une victoire commune. Avec un chef tel que moi à votre tête, sachez que cette légion n'en sera que plus renforcée. Ensemble, nous constituerons un nouvel âge, nous écraserons les sociétés s'auto-proclamant libres, nous souillerons leurs traditions, nous violerons leurs femmes, pilleront leurs foyers et massacreront leurs fils ! Il est temps d'entamé la Purge de la Terre du Milieu, nous sommes les exécuteurs. A nous de verser le sang pour irriguer l'immense culture que nous travaillions depuis bien trop longtemps dans l'ombre de la Terre Noire.

Pour une fois, les Orques semblaient parfaitement alignés, le visage fière et leur regard rongé par la haine des peuples libres. Le feu de la guerre ne faisait que croître, engloutissant forêts, montagnes, villages, cavernes et reliefs inégaux, rien n'arrêtait la guerre. L'appel de tout les guerriers retentissaient dans les coeurs de chaque être. Il en était ainsi et en sera toujours comme cela, pour les Orques, cet appel ne faisait que résonner dans leur tête depuis leur création. Ils avaient soif de sang...Tous, du simple Snagas aux plus puissants des Uruks.

Après tout, peu de gens tentent de comprendre les comportements des Orques, jugeant ceux-ci comme des bêtes ou des barbares sans limites. Etait-ce vraiment le cas ? Peut être bien, ou peut être qu'ils se battaient réellement pour une utopie, un espoir, une idée ! Cette idéologie d'espérance d'un avenir plus tendre envers leur race. Néanmoins, est-ce que des gens comme eux pourraient vivre en paix ? Alors qu'ils ne savaient déjà pas s'entendre entre eux ? Peut être, leur fallait-il un modèle de référence, un Orque suffisamment fort et sage pour s'imposer et persister. Un Uruk qui ferait honneur à leur peuple...Moloch espérait avoir les capacités d'être ce genre de personnes même si ils savaient que cela ne seraient pas choses facile dans un contexte comme celui-ci...En attendant, il connaissait parfaitement l'argument inégalable pour motiver ses troupes....la mort des peuples de la Terre du Milieu et la destruction de leur société...

Moloch d'un revers de la main, fit s'avancer la dizaine de nouvelles recrues dans sa légion. Il les épia de haut en bas, inspectant leur corpulence, leur positionnement, leur regard...Il y avait encore beaucoup à effectuer pour en faire de véritables soldats. (Qui ne soient pas considérés comme de la chair à canon en tout cas.)

-Voilà donc nos nouvelles recrues, dix Orques puants d'orgueil et sans compétences. Sachez qu'ici, vous êtes entre les murs de Minas Morgul, fief du Roi-Sorcier d'Angmar et sanctuaire des Nazgûls. Cette cité appartenait autrefois aux hommes du Gondor, mais les nouveaux propriétaires semblent se l'être approprier d'une manière...ou d'une autre. Mais, je suppose que l'histoire de cet endroit ne vous intéresse pas ? Ce que vous voulez...c'est combattre ? Vous aurez très rapidement l'occasion de le faire. J'vais vous expliquer comment ça fonctionne ici, votre service est illimité, vous êtes aux ordres du seigneur Sauron et de ses vassaux jusqu'à votre mort. Vous avez de la chance, mon entraînement sera très certainement l'un des plus sévères de tout le pays. Pour vous illustrez ça, à votre modeste niveau de réflexion, voilà comment je pourrais décrire la chose: Prenez un tonneau vide et enfoncez-le sous l'eau, puis lâchez-le. Plus vous l'aurez plongé en profondeur, plus vite il remontera et plus haut il jaillira en refaisant surface. Chez moi, rien n'est jamais assez profond. Chaque soldat sera coulé jusqu'au fin fond de l'humiliation. Pour qu'il apprenne à réagir aux ordres, à se contrôler et à conserver ses ressources quand le point de rupture sera franchi. Pour qu'il dépasse les limites de l'endurance. Je ne prendrais que les meilleurs, et nombreux seront ceux qui ne survivront pas à leur première bataille. Mais, sachez-tous, que c'est par la souffrance, que nous Orques, évolueront et deviendront plus forts. Les Hommes, les Elfes, les Nains et les multitudes d'autres ennemis que nous avons se sont engraissés avec les années, se pavanant dans leur luxe futile et dégustant de la viande molle. Ils seront aussi grassouillet qu'un troll des montagnes quand nos lames les transperceront ! Gardez ça à l'esprit...Ce ne sont que de gros morceau de viande, ne demandant qu'à être découper. Bien, je vous laisse vous préparez pour notre premier entraînement. Je vais m'entretenir avec les autres officiers. Profitez de ce temps de repos pour faire connaissance avec vos nouveaux semblables.

Une nouvelle page écrite en lettres de sang se tournaient dans l'histoire de Moloch, et les exploits de celui-ci sur les Plateaux de Gorgoroth n'ont pas tardé à résonner, tel le fracas du marteau sur l'enclume, jusqu'aux oreilles des plus grandes figures du Mordor...

L'avenir de l'Uruk ne demandait qu'à se poursuivre...
Voir le profil de l'utilisateur

Sujets similaires

-
» Obama en chute libre ...» Effet d'Obama; la chute de l'indice Dow Jones» La chute de l'homme fort tunisien Zine El Abidine Ben Ali après 23 ans» lourde chute pour allan jlr» Lvl et grade etc....;
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Seigneur des Anneaux RPG : L'Âge des Héros :: Le Mordor :: Plateaux de Gorgoroth-