Le Seigneur des Anneaux RPG : L'Âge des Héros

Forum TEST LSDS
 

Partagez|

[Quete Argent] Chasse au troll.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar


Masculin
Date de naissance : 05/03/1989
Date d'inscription : 14/10/2014
Age : 28
Messages : 153
Localisation : Bordeaux la magnifique.



Feuille de personnage
Pièces: 930 PO
Équipement:
Armée recrutée:

MessageSujet: [Quete Argent] Chasse au troll. Mar 21 Oct - 20:25

[HRP]
Ce RP fait suite à la quête "Retour du Sud."
[HRP]

La pièce était bruyante, festive. Comme souvent au Poney Fringant. Assis dans un coin sombre, non loin de la cheminée qui n’était pas encore allumée en cette saison, Numenil observait l’assistance, fumant sa longue pipe avec plaisir. Sa capuche été rabattu sur sa tête et seul le bas de son visage était visible.
Il aimait cet endroit. Bree n’était pas vraiment une grande cité comme avait pu l’être jadis Fornost ou comme l’était encore Minas Tirith mais c’était là un endroit qui suffisait à rendre les rôdeurs heureux lorsque la solitude cueillait leurs cœurs après des mois de veille ou d’errance. Et surtout l’auberge avait l’avantage de leur proposer un vrai lit ! Ce qui été là l’un des luxes majeurs dont jouissaient les rôdeurs.

Alors donc en cette douce soirée, alors que Numenil profitait de n’avoir aucune affaire en souffrance pour s’octroyer un peu de détente, trois Hobbit firent leur apparition. Cela n’avait en soit rien d’exceptionnel dans cette auberge. Néanmoins le Dunadan avait une tendresse toute particulière pour ce peuple qu’il avait appris à apprécier depuis que, sur demande de Gandalf, Aragorn avait ordonné à ses hommes de surveiller tout particulièrement la Comté. Et plus précisément encore la maison de Bag End, demeure ancestral des Baggings. Numenil ne connaissait pas le fin mot de l’histoire mais il soupçonné que l’actuel propriétaire, Frodo Baggings, posséda un objet de valeur pour l’Ennemi.

Ainsi donc il observait les Hobbits qui prirent une pinte de bière. Lorsque Nob leur porta leurs commandes, ils entrèrent tout quatre en grande discussion. Nob été un Hobbit lui aussi et cela n’alarma pas le rôdeur. Sauf qu’il commença à noter des légers regards en coin dans sa direction. L’on parlait visiblement de lui, la bas. Il en eut confirmation lorsque, après une large gorgée de bière, les trois semi hommes se levèrent et se dirigèrent vers lui. Ils ne semblaient pas effrayer et Numenil se dit que ces trois-là avait l’air franchement brave, si ce n’est un peu cinglé. Le plus grand des trois petits se racla la gorge et prit la parole.

- Messire Fume Pipe ? (Car Numenil n’était connu que sous ce nom-ci à Bree) Pardonnez-nous de vous déranger ainsi. Je suis Tobias Took. Et voici mes deux cousins, Fredegar Took et Hamfast Took. Nous aimerions discuter avec vous d’une affaire !

La curiosité du rôdeur fut piqué au vif lorsqu’il entendit le nom de ces trois-là. En effet, les Took étaient réputé dans la Comté pour être des « gens bizarres ». Un grand nombre de membres de cette famille avait même la réputation, guère reluisante pour ce peuple, d’être des aventuriers. Alors l’homme leur fit signe de s’assoir.

- Prenez place, messieurs. Cela fait longtemps que je n’ai eu la compagnie de Semi Hommes. Et ne m’appelez point messire, je ne le suis pas. Fume pipe ira fort bien. Quel est le sujet de cette affaire ?

Tobias sembla réfléchir quelques secondes, cherchant comment s’exprimer. Numenil en profita pour détailler ces trois-là. Ils semblaient tous avoir la trentaine. Hors la majorité chez les Hobbit s’atteignait à trente-trois ans. Le rôdeur en tira la conclusion que ceux-là devait à peine avoir leur majorité et que, riche de cette liberté nouvelle, désiré commettre une quelconque bêtise. Tobias prit enfin la parole.

- C’est d’une affaire de Troll, qu’il s’agit ! Nous avons pour ambition d’aller au nord chasser un Troll. Et nous avons besoin d’un guide.

Le Dunadan s’étouffa avec la fumée de sa pipe,  se redressant. Voilà bien des idiots de Took ! Jamais il n’avait vu Hobbit aussi sot. Un Troll ! Lui-même n’irais chasser un troll qu’accompagner par une compagnie de fier rôdeur, alors trois semi hommes !

- Pardonnez-moi monsieur Took. Êtes-vous sérieux ? Je crains que vous ne compreniez pas le danger.

- Nenni, messire ! Nous le comprenons. Nous sommes désireux de vivre une aventure et celle-ci nous semble adéquate. D’autant plus qu’il est connu que les trolls cachent des trésors dans leurs cavernes ! Serez-vous notre guide, messire rôdeur ?

Numenil failli dire non. Mais il prit le temps de la réflexion, jaugeant les trois nigots. Pour sûr, ils iraient chasser leur troll, guide ou pas ! Et Numenil connaissait très bien les régions du nord, des landes d’Etten jusqu’au mont d’Angmar. Dans son grand cœur, il ne pouvait dire non et savoir qu’il envoyer ces trois-là à une mort certaine.

- J’en dis que vous me semblez têtu et que je ne vous ferez pas changer d’avis. Ainsi nous sommes quatre. Je propose que nous partagions en quatre le butin. Nous aurons besoin de chevaux, ou de poneys à votre convenance, et vous avancerez les frais de l’expédition. Vous vous remboursez sur le butin et le partage en quatre sera fait sur ce qu’il restera.

Les trois Hobbits eurent un immense sourire. L’affaire été entendue ! Ils se serrèrent la main, finirent leurs chopes ensemble puis se séparèrent. Numenil hésita longuement à faire passer un message à ses frères rôdeur, afin de quérir de l’aide. Néanmoins il décida qu’il y avait plus urgent que trois hobbits un peu fou et que, s’il avait décidé de les accompagner, cela ne le regardait que lui.

Ainsi donc dès le lendemain, cinq poneys et un cheval se mirent en route. Numenil montait le cheval et les hobbits un poney chacun. Le quatrième poney transporter les vivres nécessaire au voyage. Le cinquième lui porterait le butin, que l’on espérait nombreux.

Ils prirent la Grand Route du Sud, voyageant sans se presser, s’arrêtant régulièrement pour manger. Numenil n’y trouva rien à redire, il n’était pas presser d’atteindre le territoire des Trolls. Il profita de  ces haltes pour apprendre à connaitre ses compagnons et leurs données les bases de l’instruction du combat. En effet chacun des trois Took était venue avec une longue dague qui, proportionnellement à un Hobbit, faisait une excellente épée. Il essaya également en vain de leur faire changer d’idée.

Au bout d’une semaine, ils atteignirent les monts venteux et firent halte sur l’ancienne tour de garde d’Amon Sûl. Les Hobbits furent stupéfait par le lieu et Hamfast, le plus érudit des trois, posa des questions à Numenil.

- Comment connaissez-vous ce lieu, Fume Pipe ? Savez-vous qui l’a battit ?

- En effet, cher Hamfast. Nous sommes ici dans les ruines de l’antique tour d’Amon Sûl, tour de garde du royaume d’Arnor. Elle avait pour but de protéger le royaume contre l’Angmar, terre de ténèbres et de danger. Longtemps elle fit son œuvre mais l’Ennemi fini par vaincre.

Hamfast sembla réfléchir puis il inspira grandement.

- A la lumière de ce que vous me dites, j’ai une autre question. Vous semblez bien connaitre cette région et son histoire. Vous semblez grand et vigoureux et, lorsque vous ne le cachez point, votre visage inspire la loyauté et le courage. Seriez-vous… Seriez-vous descendant des Dunedain ?

Pour la troisième fois depuis qu’il les connaissait, le visage de Numenil fit apparaitre une surprise sincère. Voilà donc pourquoi Gandalf disait qu’un mois suffit à connaitre les Hobbits mais qu’au bout d’un siècle, ils vous surprennent toujours !

- Votre érudition m’impressionne, maître Hamfast. Aussi comme nous voilà partit pour un périple dangereux, si ce n’est mortel, et comme j’apprécie votre compagnie, je répondrais : Oui. Je suis Numenil Dunadan et les Seigneurs de l’Arnor furent mes ancêtres.  

Ce fut au tour d’Hamfast de paraitre véritablement surprit. Et impressionner. Il bégailla.

- Mais  mais mais alors… Mais alors tous les rôdeurs sont… Diantre ! Nous vous traitions en clochard ! Vous êtes les seigneurs de ces terres, nos Suzerains ! Messire, il faut en avertir les…

Numenil lui fit un signe apaisant de la main.

- Point, maître Hamfast. Nous acceptons cette situation car elle nous permet de mieux remplir nos objectifs. Un jour peut être viendront nous à Bree, à dos de cheval, portant fièrement les bannières de l’Arnor et annonçant le Retour du Roi. Mais point aujourd’hui. Allez-vous coucher, ami. La route est longue. Et promettez-moi de garder cela pour vous. Vous êtes un érudit et je sais que vous auriez essayé d’obtenir la réponse par tout moyen. Mais je ne désire pas que cela s’ébruite. Ni moi ni les miens.

Le Hobbit obéit et partit se coucher. Mais il dormit peu, cette nuit-là. Dès le lendemain ils reprirent la route obliquant au nord juste avant le dernier pont, celui qui traverse la Fondgrise en direction d’Imladris.

Ils remontèrent alors les landes d’Etten et Numenil se fit bien plus sur ses gardes à partir de là. Il n’autorisait le feu que s’il disposait de large pierre pour en cacher l’éclat et forcer parfois les hobbits à voyager jusque tard dans la nuit en quête d’un abri.

Plus ils approchaient les racines du Mont Gram, leur destination, plus les lieux se faisait oppressant. Numenil en tira grande crainte car il semblait que le mal s’agitait à nouveau en Angmar. Voilà une information qui devrait être rapporté aux autres Dunedain. Un curieux signe du destin qu’un trio de Hobbit trop joyeux pour leur propre bien l’ai envoyé faire ce constat.

Il finit par trouver la trace d’un troll. Numenil était un excellent chasseur. Pas aussi doué pour la traque qu’Aragorn mais bien meilleur que beaucoup d’autres. Il installa les Hobbits dans un contrefort de la montagne, là où ils pourraient voir un danger venir de loin et il partit lui-même en quête de l’habitat du troll en question. Il lui fallut deux jours pour remonter la piste. Puis il revint vers ses compagnons.

- Amis ! J’ai trouvé l’endroit où se cache le troll. Hélas il ne s’éloigne guère la nuit pour chasser, ayant visiblement un grand garde-manger. Mon plan initial ne peut donc être appliquer. J’espérais fouiller ses trésors de nuit, alors qu’il était au loin. Ne puis-je pas vous convaincre de faire demi-tour ? Le seul moyen serait d’entrée dans sa caverne en plein jour, profitant qu’il dorme !

Hélas les trois ne voulurent rien entendre. Ainsi donc ils s’approchèrent de l’endroit et y passèrent la nuit. Numenil comptait tenter le coup dès les lueurs de l’aube. Ainsi, en cas de fuite précipitée, le troll ne pourrait les suivre dans la lande sous peine d’être transformer en pierre.

Ainsi donc la nuit passa, la soleil, comme disait les hobbits, se leva et le moment fut venu. Ils entrèrent dans la grotte en silence et celle-ci se révéla fort vaste. De multitude de couloir, visiblement artificiel bien que sommaire, se diriger vers autant de directions. Chacun de ces chemins menait à une vaste salle, grande  même pour un troll. Il faudrait fouiller donc en quête d’objet de valeur. Les Hobbits voulurent se séparer mais Numenil refusa, tant il avait peur que l’un de « ses » Tooks fassent une bêtise.

Après trois heures d’exploration, ils trouvèrent enfin ce qu’ils étaient venu chercher : Au fond de la caverne, dans la plus vaste des salles, un immense trésor était là : Pièces d’or et d’argent de toutes les contrées était amassé en un vaste tas. De nombreuses armes gisaient également et, alors que les Hobbits se mettaient en quête de divers petits coffres pour les remplir d’or, Numenil commença à étudier les armes. Après tout, combien d’épées elfique de légende, perdue au premier âge, été réapparut dans pareil gourbis ?

Hélas il n’eut guère le temps de fouiner. Au bout de quelques minutes, Fredegar, dans sa hâte de récupérer un quatrième coffre, déséquilibra une pile de divers objets. Le tas s’écroula dans un tintamarre infernal et Numenil se redressa soudainement.

- CRETIN DE TOOK ! Nous avons dû être entendu jusqu’à Dol Guldur !

En effet, aussitôt la grotte se fit l’écho d’un bruit qui glaça le sang du rôdeur : Un troll s’éveillant, visiblement très en colère, et hurlant pour le faire savoir. Aussitôt, le Dunadan saisit son arc.

- Fuyons ! Allez vite, laisser tout ici, on s’en va !

- Laisser cela ici ? Après tout ce chemin ? Certes pas ! Allons les Took, un coffre chacun !

Ajoutant le geste à la parole, Tobias se saisit de l’un des petits coffres, suivit par ses deux cousins. Puis ils partirent en courant aussi vite que possible en direction de la sortie. Numenil se jeta à leur suite et ne tarda pas à les dépasser.

Ils arrivèrent à un embranchement à quatre chemins. Celui sur leur gauche allé vers la sortie. Celui vers la droite, ils ne l’avaient point exploré. Droit devant eux, un immense troll des cavernes à l’air patibulaire se tenait là. Il vit le groupe et se rua dessus. Numenil lui décocha plusieurs flèches avec rapidité mais elles se fichèrent dans le cuir épais de la bête, ne lui causant guère de mal. Les hobbits saisirent leurs courtes épées, comme voulant en découdre. Mais Numenil coupa court à leurs intentions.

- Fuyez ! Fuyez pauvres fous !

Et à ces mots, il replaça son arc dans son dos et dégaina son épée. Les hobbits le regardèrent, incrédules et se demandant comment un homme seul pourrait bien s’en sortir contre pareil monstre. Mais après tout c’était lui qui se proposer et leur bravoure avait trouvé là sa limite : Ils déguerpirent.

Le troll voulu dans un premier temps se mettre à leur poursuite mais Numenil, restait en arrière, se rua entre ses jambes et lui asséna un coup d’épée de toute sa force. Le cuir du monstre fut entailler et un peu de sang apparut. Le troll gémit de douleur et Numenil profita de cette distraction pour se diriger droit vers la sortie à son tour. Il faisait plein jour dehors, il lui suffisait de retenir le troll assez longtemps pour que les Hobbits atteignent l’air libre…

Hélas la blessure n’était que superficiel et la bête se jeta à ses trousses, le rattrapant rapidement de ses longues enjambés. Par chance les lieux été vaste, offrant toute la place requise à Numenil pour esquiver les coups du géant des cavernes.

Le troll tenta plusieurs fois de le saisir et chaque fois un coup d’épée reçu sa main. Petit à petit, Numenil s’approcher de la sortie mais  il commençait à avoir le souffle court.

Une erreur de sa part, un réflexe pas assez vif, un bond légèrement en retard… Et il prit l’équivalent de la baffe d’un troll. Le choc l’envoya volé contre les parois et il retomba lourdement, le souffle coupé.
Le troll eut un sourire sadique à cette victoire et, voyant son ennemi au sol, s’approcha et leva haut le pied, dans l’intention de l’écraser. Le pied s’abaissa et Numenil, trop endoloris pour bouger, saisit son épée à deux mains et la tint fermement, pointe vers le haut.

Le pied vint à la rencontre de la lame et celle-ci s’enfonça sur dix bons centimètres, avant de rompre.
Le troll hurla de douleur et, clopinant sur une jambe, essaya de se retirer cette écharde impromptue. Hélas pour lui, la lame avait cédée au ras de la peau et il était très difficile de la saisir. Voyant là sa chance, Numenil se releva et courut aussi vite qu’il le pouvait en direction de l’air libre.

La créature tenta de le suivre mais chaque pas été une douleur infernale. Rapidement le troll des cavernes abandonna la poursuite, se posa sur son derrière et entreprit de retirer le morceau d’épée, se promettant que s’il revoyait cet humain ce serait bien la dernière fois !

Le Dunadan ne jeta pas un regard en arrière et ne ralentit pas. Il surgit dehors, faisant quelques mètres avant de se laisser tomber au sol, à bout de souffle. Les semi hommes hurlèrent de joie à sa vue, lançant maint « Hourra » !

Ils ne s’attardèrent pas, voulant mettre un maximum de lieue entre eux et le troll avant la nuit. Numenil garda son épée qui, étant très longue à la base, gardait ainsi une taille respectable. L’on n’était pas à l’abri d’avoir à nouveau besoin de se battre avant Amon Sûl.

Ils reprirent le même chemin qu’en venant et lorsque Bree fut en vue, ils partagèrent les gains. Les trois coffres étaient pleins et chacun repartit avec un nombre considérable de pièce d’or. Numenil lui repensait à toutes les armes qui semblaient être elfique ainsi qu’à l’Angmar qui semblait s’être réveiller. Il se promit d’y retournait, accompagner de solide Dunedain, pour mener l’enquête et pourquoi pas revisiter la caverne du troll…

Le moment des adieux vint. On se fit de grandes accolades, une forte amitié étant née de ces trois semaines passées sur la route. Les trois Tooks affirmèrent que Fume Pipe serait la bienvenue chez eux, en toute heure et en tout temps. Et ce dernier, connaissant l’hospitalité des Hobbits, n’en doutait point.  Il les fit promettre de ne pas entreprendre d’autre voyage aussi stupide sans lui en faire part d’abord et, preuve absolue de confiance, leur expliqua comment rapidement le joindre.

« Vous ne me trouverez pas. Mais je saurais que vous me cherchez. Alors je viendrais à vous. »

Ils se quittèrent enfin. Hamfast fit une large révérence en prenant congés et, ses deux cousins firent de même, sans savoir ce qui avait inspiré un tel geste.

Plus tard, bien après la destruction de l’anneau et le troisième âge, cette histoire fut connue sous le nom de « La Geste des Tooks et du Dunadan ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[Quete Argent] Chasse au troll.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Chasse au troll
» La Chasse, tout un art ... [ Braise ]
» CASH CONVERTER - une bonne manière de gaspiller votre argent
» CASH CONVERTER - une bonne manière de gaspiller votre argent
» Blog de Marc Bazin: Combien d'argent pour «sauver» Haïti ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Seigneur des Anneaux RPG : L'Âge des Héros :: L'Arnor et la Comté :: Rhudaur :: Landes d'Etten-